Nombre total de visites : 3697425
Aujourd'hui : 471
En ligne actuellement : 2

Cameroun- Haute trahison : Enlèvement de 81 élèves anglophones en prélude à la prestation de serment de Biya ( en tout cas, il n'est pas impossible que Biya soit à l'origine de l'enlèvement des élèves)

2018-11-06 18:17:24 - Lundi, veille de la prestation de serment de Paul Biya, président dont la réélection fait l'objet d'une vive  contestation de la grande majorité des camerounais conduits par le candidat de l'opposition Maurice Kamto, présenté comme le véritable président élu, 81 élèves et enseignants (et non 79 comme annoncés précédemment) du Presbyterian Secondary School de Nkwen à Bamenda –chef-lieu du Nord-ouest- ont été enlevés dans la région anglophone du Nord-ouest. 

Par le nombre de ses victimes le kidnapping du 5 novembre est le plus important depuis le début de la crise anglophone en général –il y a deux ans-, et de la guerre de sécession  -depuis fin février 2018- dont les affrontements  entre l'armée du régime Biya et les groupes armés séparatistes font d'énormes ravages  

 

Mais où étaient passés les militaires qui réussissent souvent l'exploit de tirer sur des civils comme le chauffeur de John Fru Ndi qu'ils ont récemment confondu avec un sécessinnsite anglophone? Où étaient ces militaires qui ont tué récemment un missionnaire américain avant de prétendre que ce sont des sécessionnistes revêtus de leurs uniformes à eux? Où étaient-ils pour que des sécessionnistes puissent enlever jusqu'à 81 élèves et enseignants d'un collège confessionnel? Où étaient-ils donc?
  
Dès l'annonce de l'enlèvement massif des élèves,le fait a été imputé comme d'habitude aux séparatistes par les autorités camerounaises. Mais les séparatistes ont aussitôt rejeté catégoriquement cette accusation, force démonstration à l'appui, en pointant du doigt le régime qui aurait perpétré ces enlèvements pour s'en servir comme prétexte d'intensification de la répression en Ambazonie.
 
 
Cette version des séparatistes parait d'autant plus vraisemblable que les établissements scolaires en zones anglophones sont sont sous très frotes protection militaires. De là à dire que Paul Biya a choisi d'inaugurer son nouveau mandat par un acte de haute trahison consistant à commettre un crime pour faire comprendre à ceux qui contestent son régime que son mandat sera pour eux une occasion de pleurs et de grincements de dents.
 
Sam Mayem et Natondi K. - Titre : AM

: Afrique Monde