Nombre total de visites : 4790858
Aujourd'hui : 177
En ligne actuellement : 1

France - Essonne: condamné en première instance pour viols, un policier en fuite

2024-03-13 04:27:41 - Le fonctionnaire avait été placé en garde à vue après une plainte de sa compagne, le 5 mars dernier. Vendredi 8 mars, il avait été transporté à l'hôpital et sa garde à vue avait été levée car "incompatible" avec son état de santé. Il a profité d'aller aux toilettes pour prendre la fuite.

Un fonctionnaire de police de 45 ans, condamné en première instance par la cour d'assises de l'Essonne pour viols, a pris la fuite après une garde à vue pour violences conjugales, a appris l'Agence France-Presse ce mardi 12 mars auprès du parquet d'Evry.

Le policier avait été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte après une plainte pour violences déposée par sa compagne le 5 mars, a détaillé la source, confirmant une information de Politis.

Vendredi matin, le mis en cause avait été transporté à l'hôpital et sa garde à vue avait été levée car "incompatible" avec son état de santé, a encore précisé le parquet.

"Deux ou trois heures plus tard, il a prétexté vouloir aller aux toilettes et a pris la fuite", poursuit cette source.

Condamné à dix ans de prison

Le parquet a alors ouvert une information judiciaire pour violences par conjoint entraînant une incapacité de moins de huit jours et délivré un mandat d'arrêt. À ce stade, il n'a pas été retrouvé.

Dans sa plainte du 5 mars, sa compagne "évoque des violences conjugales qui auraient eu lieu dans la nuit du 3 au 4 mars" pour lesquelles elle s'est vue délivrer deux jours d'incapacité totale de travail (ITT), a encore précisé le parquet.

Le fonctionnaire se trouvait, par ailleurs, sous contrôle judiciaire avant d'être interpellé pour ces faits, dans l'attente de son procès en appel après une première condamnation par la cour d'assises de l'Essonne.

Le 12 septembre, il avait été condamné à dix ans de réclusion criminelle pour des viols, agressions sexuelles et violences à l'encontre de trois compagnes, commis selon les victimes entre 2008 et 2014. Les ex-compagnes du policier affirment qu'il utilisait un couteau ou son arme de fonction pour les intimider, rapporte l'hebdomadaire Politis.

Placé en détention à l'issue de son premier procès, il avait été remis en liberté sous contrôle judiciaire le 10 novembre.

Article de F.R./Photo: DENIS CHARLET / AFP
 

: Afrique Monde