Nombre total de visites : 4790853
Aujourd'hui : 172
En ligne actuellement : 1

Sénégal : Karim Wade, candidat à la présidentielle au Sénégal, renonce à sa nationalité française

2024-01-17 23:09:35 -  Karim Wade, fils et ministre de l’ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012), a renoncé à sa nationalité française, qui empêchait sa candidature à la présidentielle sénégalaise de février, peut-on lire dans le Journal officiel français daté de mercredi.

« Sont libérés de leur allégeance à l’égard de la France les Français dont les noms suivent: (...) WADE (Karim, Meïssa), né le 01/09/1968 à Paris 15e (75015) », est-il écrit. Sa double nationalité faisait débat à quelques jours de la validation finale des candidatures pour la présidentielle du 25 février, dont il est l’un des principaux concurrents.

« Cette polémique stérile et dangereuse se termine enfin »

Tout candidat à la présidence « doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de 35 ans au moins et de 75 ans au plus le jour du scrutin », dit la Constitution. Il doit aussi savoir écrire, lire et parler couramment la langue officielle, le français.

Karim Wade a estimé dans un message sur son compte X que la querelle sur sa double nationalité « se termine enfin ». « Le décret du ministre de l’Intérieur français actant ma renonciation à la nationalité française est une preuve supplémentaire de ma constance », a-t-il dit.

Le décret du Ministre de l'Intérieur français actant ma renonciation à la nationalité française est une preuve supplémentaire de ma constance. Cette polémique stérile et dangereuse alimentée par Thierno Alassane Sall pour gagner en visibilité et agissant  pour le compte du très peu courageux Premier ministre Amadou Ba, spécialiste des coups bas, se termine enfin. Amadou Ba, dont le manque de témérité face à la confrontation est désormais évident, doit cesser ces manœuvres déloyales. Malgré les informations que j'ai reçues sur l'acquisition d’autres nationalités par certains candidats, j’ai décidé de ne déposer aucun recours devant le Conseil Constitutionnel. Ma conviction est claire : seul le peuple sénégalais doit décider dans une élection présidentielle ouverte et inclusive.

Le Conseil constitutionnel sénégalais a entériné et publié en fin de semaine passée une liste provisoire de 21 candidats sur laquelle figure M. Wade. Mais cette liste était encore sujette à réclamations jusqu’à mardi soir. La Cour constitutionnelle examine à présent les recours. La liste finale doit être arrêtée d’ici à la fin de la semaine.

L’ancien ministre Thierno Alassane Sall, lui-même candidat, a indiqué avoir déposé lundi un recours contre la candidature de Karim Wade, la jugeant anticonstitutionnelle.

En exil depuis 2016

Karim Wade, 55 ans, est né en France d’un père sénégalais et d’une mère française. Il a été empêché par une condamnation de concourir à la présidentielle de 2019, remportée par Macky Sall.

Il a été condamné en 2015 à six ans de prison ferme pour enrichissement illicite. Détenu pendant plus de trois ans, il a été gracié en 2016 par le président Macky Sall, et vit depuis en exil, le Qatar étant communément cité comme un de ses lieux de résidence.

L’Assemblée nationale a voté en août une loi rendant son éligibilité à Karim Wade ainsi qu’à une autre figure de l’opposition et ancien maire de Dakar, Khalifa Sall.

 Le Parisien

: Afrique Monde