Nombre total de visites : 4608722
Aujourd'hui : 336
En ligne actuellement : 1

Angola - Biens mal acquis: Selon Lusa, Interpol aurait émis un mandat d’arrêt contre la fille de l’ancien président angolais Dos Santos.

2022-11-19 22:41:13 - Interpol pourrait avoir émis un mandat d'arrêt à l'encontre d'Isabel Dos Santos, fille de l'ancien président angolais José Eduardo dos Santos, qui fait l'objet d'une enquête pour détournement de fonds publics, bien que des sources proches de la femme d'affaires nient à l'agence de presse portugaise Lusa avoir connaissance de ce mandat, qui a été rapporté par le même média vendredi.

Selon le document auquel l'agence a eu accès, entre 2015 et 2017, la femme d'affaires a créé des mécanismes financiers "dans l'intention d'obtenir des gains financiers illicites et de couvrir des opérations criminelles suspectes", grâce à des "informations sur les fonds publics de l'État angolais", qu'elle a obtenues en tant qu'administratrice de la compagnie pétrolière publique Sonangol.

Les autorités angolaises ont ouvert une procédure à l'encontre de Mme Dos Santos en 2020 pour corruption présumée, y compris des allégations de détournement de fonds et de blanchiment d'argent, en relation avec ses activités de présidente de Sonagol, moins d'une semaine après que plus de 700 000 documents de l'empire commercial qu'elle dirige ont été divulgués dans le cadre de ce que l'on a appelé les "Luanda Leaks".

Les documents révèlent que la fille de l'ancien président angolais a remporté des contrats lucratifs dans les secteurs du pétrole, des diamants et des télécommunications pendant la présidence de Dos Santos, et que des entreprises occidentales ont aidé Isabel dos Santos à faire sortir clandestinement de l'argent du pays africain.

José Eduardo dos Santos a quitté le pouvoir en 2017 après trois décennies de règne et a été remplacé par Joao Lourenço, un homme de confiance qui, depuis son arrivée au pouvoir, a lancé de nombreuses campagnes anti-corruption contre l'entourage proche de l'ancien président.

Selon le document, Isabel dos Santos est recherchée pour "des délits de détournement de fonds, de fraude, de participation illicite à des affaires, d'association criminelle et de trafic d'influence, ainsi que de blanchiment d'argent", pour un montant de quelque 200 millions d'euros, avec une peine maximale de 12 ans de prison.

D'autre part, et "compte tenu des nouvelles publiées sur le mandat d'arrêt international", une source officielle d'Isabel dos Santos a assuré qu'elle n'était pas au courant des instructions d'Interpol et qu'elle était intriguée par le fait que la femme d'affaires soit recherchée, après "presque trois ans d'existence de cette procédure", dans laquelle "elle ne s'est jamais constituée en tant que défendeur".

Par  Camile Martin - News 360

Photo : PEDRO GRANADEIRO / ZUMA PRESS

: Afrique Monde