Nombre total de visites : 4496416
Aujourd'hui : 306
En ligne actuellement : 3

Mali : LA CEDEAO ET LA FRANCE CHASSÉES DU MALI

2022-01-14 18:43:16 - Opinion : On raconte que Margareth Thatcher s’ingérant dans les affaires du Ghana, le digne Jerry Rawlings lui dit: “shut up, it’s an African thing”. Nous africains devons dire à Macron, à l’UE…”fermez-la! Le Mali est une affaire africaine”. 

Mais disons-nous la vérité qui est le président Macky Sall pour donner des leçons de démocratie aux maliens? Rappelons que dans un Sénégal sans terroriste, Macky Sall a rallongé 2 ans et 7 mois au mandat des maires et conseillers départementaux dont le mandat est fini depuis le mois de juin 2019. Rappelons que le Sénégal a reporté des élections pour des inondations. Et le Mali qui fait plus de 6 fois le Sénégal avec des terroristes qui assassinent tous les jours des maliens devrait organiser des élections ?
 
La France ne veut pas quitter le Mali qui est riche en bauxite, or, fer, cuivre, nickel, phosphate, manganèse, uranium, lithium, calcaire, sel…
 
Allez dire à Ouattara, Macky, Kaboré que nous avons tout compris. En réalité la durée de la transition n’est qu’un prétexte pour punir le Mali d’avoir eu le courage, le culot de dire “FRANCE DÉGAGE !”.
 
Si la CEDEAO et l’UEMOA avaient été à la hauteur, on ne parlerait ni d’armée française, ni de Wagner ni de Russie au Mali.
 
Comment cette CEDEAO qui protège des voleurs de mandats et d’élections comme Ouattara, Faure Eyadéma, Condé (avant le coup d’État) peut oser aujourd’hui faire la leçon aux Maliens ?!
 
C’est aux maliens de régler les problèmes du Mali. Les voisins? S’ils ne peuvent pas aider qu’ils dégagent.
 
Pauvres petits présidents sous-traitants de la France dans l’entreprise de punition du Mali ! Au lieu de se battre pour leur propre cause anti-impérialiste, patriotique, panafricaine, démocratique populaire, souveraine, ils sont les instruments au service d’une cause qui n’est pas la leur : voilà la tragédie qui frappe l’UEMOA et la CEDEAO.
 
Nous demandons à l’UEMOA-CEDEAO de revenir sur leurs sanctions iniques.
 
Nous invitons les peuples africains à braver les sanctions contre le Mali de ces pantins de la France et de l’UE.
 
Dans les jours à venir, après les élections locales du 23 janvier 2022, avec les sœurs et frères de Y’en a marre et d’autres mouvements du Sénégal et d’autres pays africains nous forcerons ce blocus contre le Mali en allant à Bamako. Et à Bamako, nous chanterons :
 
Pour l’Afrique et pour toi Mali
Notre drapeau sera Liberté
Pour l’Afrique et pour toi Mali
Notre combat sera unité
 
Ouvrez les frontières !
Non au néocolonialisme !
Non à la 3e candidature illégale !
 
REFUSONS !
RÉSISTONS !
LUTTONS !
 
ORGANIZE, DON’T AGONIZE!
RÉSISTANCE !
 
GMS

Publié tel que reçu
 

: Afrique Monde