Nombre total de visites : 4463225
Aujourd'hui : 289
En ligne actuellement : 3

Vaccin : l‘Agence européenne des médicaments autorise la troisième dose de Pfizer pour les majeurs

2021-10-04 22:08:07 - À la différence de son homologue américaine, l’institution européenne a donné son aval lundi pour l’injection d’un rappel de vaccin Pfizer à tous les adultes. 

Divergence de vues sur la troisième dose de part et d’autre de l’Atlantique. Ce lundi, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a donné son aval à l’administration d’une troisième dose de Pfizer aux plus de 18 ans. «Des doses de rappel de Comirnaty peuvent être envisagées pour les personnes âgées de 18 ans et plus, au moins six mois après la deuxième dose», précise le régulateur de l’Union européenne, après avoir évalué, à la demande du laboratoire Pfizer, l’efficacité et la tolérance d’une troisième injection en population générale. Une annonce surprenante au regard de la récente prise de position de son homologue américaine.
 
Le 22 septembre, la Federal Drug Administration (FDA) s’était montrée beaucoup plus circonspecte. Au risque de déplaire à l’administration du président Joe Biden, ouvertement favorable à l’administration d’une troisième dose à tous les adultes américains, la FDA avait émis une recommandation plus restrictive. L’accès à la troisième dose devait être limité aux plus de 65 ans, un consensus scientifique existant sur la baisse de l’immunité avec l’âge, et aux adultes présentant un «haut risque» de développer une forme grave de la maladie, y compris à cause d’une «exposition fréquente» au virus liée à l’exercice de leur profession ou de leur condition de vie.
 
A savoir les professionnels de santé, les enseignants, les employés de supermarché ou les sans-abri. Cette position lui avait été largement inspirée par son comité scientifique indépendant, qui estimait ne pas avoir de données suffisantes pour lever les inquiétudes concernant les risques de myocardites (inflammation du muscle cardiaque) chez les adolescents et jeunes adultes masculins.
 
«Le régulateur ne décide pas de la politique vaccinale des Etats»
 
«On a résisté à la pression exercée par les grands laboratoires pour pousser à la vaccination de toute la population aux Etats-Unis comme en Europe», précisait le 21 septembre le professeur Antoine Flahault, membre du comité scientifique de la FDA et président du groupe d’experts chargé de conseiller le directeur régional du bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans les colonnes de Libération. Comme il n’y a pas de données scientifiques convaincantes montrant une perte d’efficacité vaccinale après deux doses contre les formes graves de la maladie chez les moins de 65 ans, on déconseille la troisième dose en population générale.» L’urgence était alors bien plutôt de répartir plus équitablement les doses sur la planète, seule 2% de la population des pays pauvres étant vacciné.
 
La décision de l’Agence européenne des médicaments rebat les cartes. «L’agence a sans doute eu accès à des données rassurantes sur l’efficacité et la tolérance du rappel en population générale», estime aujourd’hui le professeur Flahault. «J’ai confiance dans l’expertise et la probité de ses experts. Scientifiquement, la ligne de crête est difficile sur la troisième dose pour les plus de 18 ans. Je ne serais d’ailleurs pas surpris de voir la FDA évoluer rapidement sur ce dossier. 
 
Mais ce n’est pas parce que les agences homologuent l’utilisation de la troisième dose chez les 18-65 ans qu’elles le recommandent. Le régulateur ne décide pas de la politique vaccinale des Etats.» Las, ces derniers pourraient ne pas être longs à s’engouffrer dans la brèche. «Politiquement, la pression va être de plus en plus forte pour une troisième dose dans les pays qui observent un rebond», admet l’épidémiologiste. C’est notamment vrai en Europe de l’Est, en Roumanie et en Bulgarie notamment, où la situation sanitaire est préoccupante. Mais la tentation pourrait vite gagner l’Europe de l’Ouest, l’Allemagne, et même le Danemark, étant aujourd’hui confrontés à une légère recrudescence des cas de Covid.
 
Nathalie Raulin - Libération

: Afrique Monde