Nombre total de visites : 4480699
Aujourd'hui : 239
En ligne actuellement : 2

Guinée : LE MINISTRE DE LA DÉFENSE D’ALPHA CONDÉ JETÉ EN PRISON

2021-09-30 08:19:50 - Ousmane Gnelloy Diallo, le militant du RPG, l’ex-parti au pouvoir, qui se faisait appeler « ministre de la défense d’Alpha Condé sur Facebook » a été arrêté dans la soirée de ce mardi 28 septembre, à l’aéroport de Conakry alors qu’il s’apprêtait à quitter le pays. 

Ousmane Ousmane Gnelloy (à l’état civil Alpha Ousmane Diallo) a été effectivement  mis aux arrêts ce mardi à l’aéroport de Conakry alors qu’il attendait le vol Tunisair (pub gratuite). Son arrestation rappelle la fin d’une époque où le jeune soldait ses comptes sur la toile.
 
Il était 18 heures quand DK, celle qui poursuit Gnelloy débarque à l’aéroport aux fins d’empêcher son voyage avant l’exécution de son mandat d’arrêt. Le commissaire de l’aéroport qui hésitait à faire exécuter ledit mandat reçoit des appels dont celui du procureur général de la Cour d’Appel. Le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn Sidy Souleymane Ndiaye en personne arrive à l’aéroport, confirme le mandat émis.
 
Comme il fallait s’y attendre, Gnelloy ne quittera pas le pays. Le “ministre de la défense nationale du président Alpha Condé sur Facebook”, comme il aime à se faire appeler, sera arrêté, mis dans un pick-up de police et conduit en prison.
 
” Il a été effectivement arrêté “, a confirmé à Me Pépé Antoine Lama, avocat de Kadiatou Biro Diallo, la fille de l’ancien président de l’Assemblée nationale Elhadj Biro Diallo.
 
L’arrestation d’Ousmane Gnelloy intervient plus de trois mois après sa condamnation à cinq ans de prison pour les faits ” d’injures publiques et menaces de mort réitérées ” au préjudice de Kadiatou Biro Diallo. Le tribunal de première instance de Dixinn avait aussi condamné Ousmane Gnelloy au paiement d’une amende de 5 millions. Protégé du régime d’Alpha Condé, le Ministre de la Défense n’a jamais purgé sa peine même si un mandat d’arrêt avait été lancé contre lui.
 
Il faut aussi rappeler qu’il avait été interdit à Gnelloy un certain nombre de droits civiques et civils dont l’interdiction d’être nommé à un emploi administratif, l’interdiction du port d’arme ou de la détention d’arme, etc.

Par CF
 
 

: Afrique Monde