Nombre total de visites : 4451358
Aujourd'hui : 334
En ligne actuellement : 2

Présidentielle 2022: Zemmour bondit à 10% des intentions de vote

2021-09-15 03:58:09 - SONDAGE - Le polémiste réalise une percée spectaculaire dans notre sondage Harris Interactive, et obtient pour la première fois un score à deux chiffres. 

C’est un sondage aux allures de déflagration. Dans notre enquête Harris Interactive, Eric Zemmour bondit à 10% des intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle. Une percée spectaculaire alors que l’éditorialiste qui vient de quitter Cnews n’a toujours pas fait acte de candidature. 
 
Il n’aura fallu que deux mois à Eric Zemmour, testé à 5% début juillet puis 7% en septembre, pour atteindre ce seuil fatidique, qui le ramène à 1 point de Jean-Luc Mélenchon (11%) et 4 points de Xavier Bertrand (14%). La présence du polémiste au premier tour du scrutin rebattrait complètement les cartes de la présidentielle en faisant dévisser Marine Le Pen, qui tombe à 19% des intentions de vote. Et avec elle le seuil d’accession au second tour de la présidentielle.
 
Dans le détail, c’est pourtant à droite que la candidature d’Eric Zemmour prospère le plus: il réunit sur son nom 18% des électeurs de François Fillon en 2017, en progression de 11 points par rapport à juillet, contre seulement 13% des électeurs de Marine Le Pen en 2017, en progression de 4 points par rapport à juillet. Conséquence: dans le scénario d’une candidature d’Eric Zemmour, Xavier Bertrand perd un point en une semaine (de 15% à 14%). Autre candidat à faire les frais d’une éventuelle participation d’Eric Zemmour, Nicolas Dupont-Aignan, qui avait obtenu 4,7% des voix en 2017, régresse lui à 2% des intentions de vote.
 
 
Intentions de vote pour le 1er tour de l'election présidentielle 2022 en % de votes exprimésI
 
 A droite, hors candidature d'Eric Zemmour, notre enquête, qui teste pour la première fois l'ensemble des candidats à la primaire des Républicains, n'apporte aucune éclaircie. Le duel entre Xavier Bertrand (15%) et Valérie Pécresse (13%) reste figé, même si le président des Hauts-de-France maintient une courte avance sur sa concurrente. Et aucun des trois outsiders, qu'il s'agisse de l'ancien Commissaire européen Michel Barnier (9%), du député des Alpes-Maritime Eric Ciotti (5%) ou du moins connu entrepreneur Denis Payre (1%), ne semble s'imposer comme un potentiel troisième homme. Quelle que soit la candidature issue des rangs de LR, elle ne parviendrait pas à bousculer le duo Macron-Le Pen dont les intentions de vote varient entre 24% (hypothèse Bertrand) et 30% (hypothèse Payre) pour le chef de l'Etat, et entre 22% (hypothèse Bertrand) et 29% (hypothèse Payre) pour la présidente du Rassemblement national. Au second tour, le résultat reste inchangé: Emmanuel Macron dispose toujours facilement d'une avance sur sa concurrente (54-46%). 
 
Macron domine le 1er tour
 
Le président de la République est solidement arrimé en tête de la compétition. Quel que soit le scénario testé, il sort en tête du premier tour de l'élection présidentielle. Seule une candidature de Michel Barnier, qui partage son positionnement euro-libéral, verrait Marine Le Pen revenir à sa hauteur avec 26% des intentions de vote. Dans tous les autres cas de figures, Emmanuel Macron domine ses concurrents. Il accuse même une avance de quatre points sur Marine Le Pen en cas de candidature d'Eric Zemmour. Le pensionnaire de l'Elysée bénéficie du large soutien de ses électeurs de 2017 qui sont 70% à se déclarer prêt à voter pour lui à nouveau en 2022, en progression de 3 points par rapport à juillet. Il voit également se reporter sur sa candidature 13% des électeurs Fillon de 2017, 9% de ceux de Benoît Hamon et 7% de celui de Jean-Luc Mélenchon en 2017.
 
A gauche, la situation reste inchangée. Anne Hidalgo ne tire aucun bénéfice de l'officialisation de sa candidature à la présidentielle, dimanche à Rouen, et reste bloquée à 7% des intentions de vote, à hauteur du favori de la primaire des écologistes Yannick Jadot, lui aussi crédité de 7% des intentions de vote. Harris Interactive nuance toutefois l'absence "d'effet Hidalgo", précisant "qu'il est rare qu’une entrée en candidature –surtout lorsqu’elle ne constitue pas une surprise– fasse 'bouger les lignes' immédiatement". Jean-Luc Mélenchon continue de faire la course en tête avec 11% des intentions de vote, en préservant son socle de 2017 dont il conserve 56% des électeurs. Mais le chef de file de La France insoumise est désormais sous la pression d'Eric Zemmour. Entre les deux hommes, cela fait déjà plusieurs semaines que la tension monte. Ils se sont tancés à plusieurs reprises: Jean-Luc Mélenchon se disant prêt à affronter le polémiste lors d'un débat. La progression sondagière d'Eric Zemmour devrait encore faire grimper la pression.
 
Rémi Clément - Challenges
 

: Afrique Monde