Nombre total de visites : 4451383
Aujourd'hui : 360
En ligne actuellement : 3

Cameroun : Condamnation à mort des auteurs du massacre de Kumba : du pipeau, des foutaises et tutti quanti. Les preuves !

2021-09-15 02:36:33 - D’habitude bêtes et méchants, les militaires de l’armée “professionnelle”, “patriotique” et “républicaine” de Paul Biya (et non du Cameroun)  massacrent. Généralement dans le secret de la nuit noire. Et silencieuse ! Tout le monde y passe. Femmes, enfants, bébés, vieillards, plongés dans le sommeil, donc inoffensifs… Comment donc auraient-ils eu non seulement le courage de tirer le diable par la queue en allant  affronter frontalement des individus armés et de les arrêter, mais aussi le bon sens de les présenter vivants devant une juridiction, fut-elle militaire ?

De nombreux observateurs, en apprenant la condamnation à mort de quatre séparatistes auteurs des massacres qui ont coûté la vie à sept élèves du Mother Francisca Memorial College de Kumba (une ville de la région anglophone du Sud-ouest) le 24 octobre 2020, ont conclu à « du grand n’importe quoi ! », tellement c’était trop beau pour être vrai !

Quand ces tueurs ont-ils été arrêtés ? Comment les appelle-t-on ? Par quelle unité de la police, de la gendarmerie ou de l’armée républicaine, patriotique et professionnelle du régime ? Quand le procès a-t-il eu lieu ? Pourquoi à défaut de la publicité du procès, les Camerounais au nom desquels la justice, fut-ce la justice militaire, est censée être rendue, n’a-t-elle pas été avisée de la date du procès (à huis-clos ?) des « tueurs d’élèves » ?

Et voilà que le web journaliste Michel Biem Tong vient mettre le doigt dans la plaie, révélant une fois de plus un pan sombre supplémentaire du régime qui écrase de tout son joug le peuple camerounais avec la complicité d’une armée qui n’échappera pas au jugement de l’histoire pour avoir fait de la cause des oppresseurs la sienne.

Une armée qui s’est résolument rangée du côté du puits des prébendes avec ses figures emblématiques  que sont les Didier Badjeck dont le plus haut fait d’arme est d’avoir cassé et jeté dans la poubelle des CD de Richard Bona sans doute achetés bon marché chez les pirates du “carrefour Mvog-Mbi”, et autres Cyrille Serge Atonfack Nguemo plus occupé à éblouir sa hiérarchie de ses demi connaissances en philosophie, en littérature et en philosophie dont il ne sait au fond que foutre, qu’à faire le travail d’un bon militaire qui est de défendre son pays et les citoyens de son pays, même au péril de sa propre vie.

Tout le contraire d’un Lieutenant-Colonel Amadou Toumani Touré et d’un Colonel Assimi Goita tirant les Maliens des férules tyrannique ou autocratique respectives de Moussa Traoré et de Ibrahim Boubakar Keita ; d’un Commandant Adamou Malam Wanké et d’un Lieutenant-Colonel  Djibo salou sauvant le peuple nigérien de la tyrannie d’un Ibrahim Baré Mainassara ou de celle d’un  Mamadou Tandja, d’un Colonel Ely Ould Mohamed Vall chassant en 2005 le Colonel Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya de la Mauritanie permettre aux Mauritaniens de goûter à leur tour à la démocratie, ou d’un Lieutenant Aboubakar Sidiki Diakite alias “Toumba Diakité”, qui, au risque de sa vie, prit sur lui de tirer sur le fantasque et loufoque chef de la junte guinéenne Moussa Dadi Camara, commanditaire du massacre à la mitraillette qui coûta leurs vies à 158 Guinéens le 28 septembre 2008 à Conakry, et plus récemment encore, d’un Lieutenant-Colonel Mamadi Doumbouya qui vient de délivrer le peuple de Guinée Conakry de la folie du non moins sociopathe sénile Alpha Condé, qui avait réussi à cacher son jeu en se revêtant d’un manteau de faux nationalo-panafricaniste. 

Afin que nul n’oublie, voici la liste des victimes à l’intention de tous ces militaires qui ferment les yeux sur le drame des Camerounais en n’osant jamais… refuser de participer à la répression de ceux qui expriment pacifiquement leur mécontentement

Pour que personne ne se laisse abuser par cette tromperie sur la marchandise que cache l’annonce de la fausse condamnation à mort de vrais-faux sécessionnistes ambazoniens, les Camerounais et tous les hommes diges de ce nom de ce monde doivent s’approprier les deux éléments postés sur Youtube par notre confrère Miche Biem Tong, car ils jettent une lumière crue sur la mascarade du régime et sur ce qui s’est passé à Kumba en 2020, en cliquant sur les liens suivants : Drame de Kumba_ Aucun « sécessionniste » condamné à mort 1 et Drame de Kumba_ Aucun « sécessionniste » condamné à mort 2.  

Par Natondi K.

: Afrique Monde