Nombre total de visites : 4463231
Aujourd'hui : 295
En ligne actuellement : 1

Afghanistan : Avec le retour des talibans, la Chine avance ses pions en Afghanistan ( Avant d'écouter les jérémiades du jupiter Français, l'essentiel est de savoir si les Talibans sont Français où Afghans. Dans le cas contraire, que Macron la ferme. Ce n'est pas la Côte d'Ivoire, le Mali, encore moins le Niger des Areva - Bolloré et compagnie) Les talibans ne reprennent pas l’Afghanistan !!!! Ils sont afghans ceux qui ne sont pas content dégagent du pays..

2021-08-16 16:45:55 -Ce pays est une grosse valise precieuse sans poignée.  La perte de l'Asie Centrale (l'Afghanistan et les pays voisins) par l'occident est un événement important qui accélére la fin de la suprématie. l'Afghanistan ou le tombeau des empires a encore une fois prouver sa réputation

Le 28 juillet dernier, le mollah Abdul Ghani Baradar, numéro 2 des talibans, se rendait à Tianjin, dans le nord de la Chine avec une délégation pour rencontrer des hauts responsables de la diplomatie chinoise, dont le ministre des Affaires étrangères Wang Yi. Face à l'avancée des talibans, la Chine avance ses pions, espérant à la fois une stabilité à ses frontières mais surtout faire avancer son grand projet des nouvelles routes de la soie.

20 ans de guerre, des milliers de victimes, des milliards de dollars perdus et tout ça pour rien. Combien d'argent la France a-t-elle perdu dans cette guerre stupide ?

On fout la mouise dans ce pays depuis 1979 et on s'étonne que ce soit le souk ?  ne pourrait - on pas laisser le reste du monde tranquille  et s'occuper de ce qui se passe chez nous ? envoyer des Français mourir dans ces pays lointains ne nous apporte que des ennuis, nous ne sommes pas les gendarmes du monde.

Les nouvelles routes de la soie

Le contrat est clair: la Chine est prête à soutenir le régime taliban, mais en échange, elle souhaite que les fondamentalistes coupent les ponts avec le régime islamiste du Turkestan oriental. En effet, cette organisation séparatiste ouïgoure a revendiqué plusieurs attentats en Chine.

Pékin semble avoir sur ce point obtenu des garanties. De ces discussions, les talibans attendent eux de la Chine d’avantages d’investissements dans le pays, des investissements qui pourraient notammment passer par le projet des routes de la soie. ces nouvelles routes commerciales voulues par le pouvoir chinois traversent en effet l’Afghanistan.

Or, actuellement, les investissements chinois dans le pays ne représentent que 3% des investissements de la Chine au Pakistan par exemple. Depuis 2016, l’Afghanistan fait partie des routes de la soie, mais peu de projets ont vu le jour en raison de l’insécurité dans le pays. La Chine proposerait ainsi de construire des routes dans les zones sous contrôle des talibans, ainsi qu’un certain nombre de projets énergétiques.

Relancer des projets miniers dans le pays?

Mais surtout, la Chine souhaiterait relancer ses projets miniers. Parmi lesquels, la mine de cuivre de Mes Aynak, située à 35 kilomètres au sud de Kaboul. En 2007, la Chine avait déboursé 3,4 milliards de dollars pour exploiter la zone sur 30 ans. Mais jusqu’ici, rien n’avait pu être fait et le gouvernement afghan voulait même suspendre cet accord.

Comme l’Afghanistan possède de nombreux minerais dans ses sols, d’autres exploitations pourraient voir le jour. En 2010, un rapport américain estimait leur valeur à 1000 milliards de dollars.

Mais avant de concrétiser tout investissement, la Chine souhaite avoir des garanties de sécurité, notamment pour les expatriés sur place. Par précaution, elle a recommandé à ces derniers de quitter l’Afghanistan.

Par Sébastien Le Belzic avec Margot Hutton

Titre et chapô: AM

: Afrique Monde