Nombre total de visites : 4463226
Aujourd'hui : 290
En ligne actuellement : 4

Zambie: l'opposant Hichilema creuse son avance sur le président sortant

2021-08-15 20:11:07 - L'opposant zambien Hakainde Hichilema creusait dimanche son avance sur le président sortant Edgar Lungu, selon les résultats partiels du scrutin présidentiel qui continuent à tomber au compte-gouttes. 

La commission électorale du pays d'Afrique australe devait annoncer dans la journée les résultats d'une soixantaine de circonscriptions, comme la veille. Mais avant les totaux officiels, il apparaissait déjà clairement que "HH", homme d'affaires autodidacte de 59 ans, tenait toujours la corde, avec cependant des variations fortes d'une circonscription à l'autre. 
 
Sur 107 circonscriptions dépouillées --sur un total de 156, soit 69% -- M. Hichilema a obtenu 1.847.870 voix contre 1.079.713 pour M. Lungu.
 
La participation, très forte, s'élevait à 73%, confirmant l'engouement pour ce scrutin, durant lequel certains bureaux sont restés ouverts jusqu'à 05H00 du matin pour permettre aux électeurs placés dans la queue avant l'heure limite de 18H00 de voter.
 
Charles Melupi, un porte-parole de l'opposition, a appelé dans la matinée le président sortant à "agir en homme d'Etat" et à admettre "rapidement" sa défaite "pour que le processus de passation de pouvoir et de réconciliation de ce pays puisse commencer".
 
Samedi, les équipes de M. Lungu, 64 ans, et de son rival historique, "HH", que la rue appelle aussi "Bally", un terme affectueux désignant un père ou un aîné, avaient chacune donné leur champion gagnant, avançant leurs propres calculs. 
 
En attendant les résultats définitifs, qui pourraient n'être connus que lundi matin, les Zambiens s'interrogent sur les intentions de M. Lungu.
 
Samedi soir, la présidence a annoncé que le parti au pouvoir, le Front patriotique (PF), réfléchissait à des recours possibles dans trois provinces traditionnellement acquises à l'opposition, estimant que le vote y avait été "caractérisé par des violences", rendant "l'exercice nul".
 
- "Victoire en vue" -
 
M. Melupi a jugé ces accusations "infondées", affirmant que s'il y avait eu des tensions dans quelques bureaux de vote, c'était plutôt parce que "des citoyens ordinaires avaient réagi contre (les) responsables du PF qui tentaient de faire des choses illégales". 
 
Evoquant le caractère fragmentaire des annonces de résultats partiels, il a rappelé que "par le passé, cela a donné l'occasion à ceux qui veulent manipuler les résultats de le faire, comme en 2016" lors du précédent scrutin très serré, que M. Hichilema avait perdu d'un peu plus de 100.000 voix.
 
"Préparez vous à fêter votre victoire!", a encore lancé le porte-parole. 
 
"HH" a twitté en fin de matinée: "La victoire est en vue et j'aimerais demander le calme à nos partisans". "Nous avons voté pour le changement, pour une Zambie meilleure, libérée de la violence et de la discrimination. Soyons le changement pour lequel nous avons voté", a-t-il ajouté.
 
Il est allé dans l'après-midi rendre visite à l'ancien président zambien Rupiah Banda. Avec lui, il a évoqué "un large éventail de questions relatives au bien-être de notre peuple", a ensuite twitté M. Hichilema, postant une photo des deux hommes face à face dans des canapés en cuir.
 
La campagne a largement porté sur les difficultés économiques et l'inflation dans ce pays riche en cuivre, qui a été le premier du continent à avoir fait défaut sur sa dette depuis la pandémie.
 
M. Lungu, avocat de formation, est critiqué pour avoir emprunté de façon déraisonnable, notamment auprès de créanciers chinois, pour financer une frénésie de projets d'infrastructures. Mais aussi pour son attitude de plus en plus inflexible à l'égard de l'opposition depuis son arrivée au pouvoir en 2015.
 
Samedi, les observateurs avaient salué un scrutin généralement "pacifique, transparent et professionnel", regrettant cependant des "restrictions aux libertés de réunion et de mouvement" pendant la campagne.
 
Cinq jours avant le scrutin, M. Hichilema s'était plaint d'avoir été empêché de se rendre dans la province disputée de Copperbelt (centre) où M. Lungu faisait campagne le même jour. Son vol avait été annulé.
 
AFP - sch-ger/ayv/-Photo: Patrick Meinhardt

: Afrique Monde