Nombre total de visites : 4450729
Aujourd'hui : 299
En ligne actuellement : 5

France - Passe sanitaire : les débats politiques promettent d’être animés

2021-07-21 12:41:01 - Le projet de loi est présenté ce mercredi à l’Assemblée nationale, puis au Sénat en fin de semaine. Les discussions vont être animées. L’heure est au débat ! Après sa présentation en conseil des ministres lundi 19 juillet au soir et sa validation (dans les grandes lignes) par le Conseil d’État, le projet de loi sanitaire est discuté ce mercredi par les députés, avant de rejoindre le Sénat jeudi. 

Si la vaccination obligatoire des soignants est approuvée par les parlementaires (hormis ceux du Rassemblement national et les Insoumis), c’est le passe sanitaire qui va alimenter bien des discussions.
 
« Ce texte a été écrit dans la précipitation, estime le député LR Julien Aubert. Ce n’est ni aux restaurateurs, ni aux hôteliers de faire la police. »
 
« C’est excessif »
 
Cette « précipitation », Damien Abad, le patron des députés LR, la regrette aussi. « Le chef de l’État a parlé le 12 juillet. Les premières restrictions s’imposent ce 21 juillet. Nous demandons une période transitoire jusqu’au 30 août pour que celles et ceux qui ont été vaccinés une première fois en juillet puissent ne pas avoir de restrictions en attendant leur seconde dose. »
 
De son côté, l’ancien marcheur Aurélien Taché indique qu’il votera contre le passe sanitaire. Il se dit « inquiet. Tous les lieux de la vie quotidienne vont être inaccessibles aux non-vaccinés. C’est excessif. »
 
Un argument repris par Sébastien Chenu, le porte-parole du Rassemblement national. « Le passe sanitaire fait reculer les libertés fondamentales. »
 
« Jour et nuit »
 
Qu’ils soient députés ou sénateurs, les élus socialistes, eux, se prononcent pour la vaccination obligatoire (sauf contre-indication) et contre le passe sanitaire, pour ne pas que « la moitié des Français contrôle l’autre moitié. »
 
Une position partagée par l’écologiste Matthieu Orphelin : « Le passe peut être adapté, à condition qu’il ne soit pas conçu comme une machine à exclure ou à opposer les vaccinés aux non-vaccinés. »
 
Face à ces critiques, Olivier Véran, le ministre de la Santé, se dit prêt au débat. « Je serai dans l’hémicycle jour et nuit pour expliquer la position du gouvernement ». Qui est, selon lui, « de nature à protéger un maximum de Français. »

ouest france

: Afrique Monde