Nombre total de visites : 4463224
Aujourd'hui : 288
En ligne actuellement : 2

Cuba : L’OPS souligne qu’elle n’achètera pas de vaccins cubains tant qu’ils n’auront pas été approuvés par l’OMS

2021-09-02 02:01:06 - L’organisation régionale a assuré que cette exigence visait à garantir des « vaccins sûrs et efficaces »L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a souligné qu’elle n’achèteraient pas les vaccins contre le COVID-19 mis au point à Cuba, car ceux-ci ne sont pas autorisés à utiliser d’urgence l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Lors d’une séance d’information diffusée hier, le Dr Jarbas Barbosa, directeur adjoint de l’OPS, a indiqué que l’organisme régional n’était autorisé qu’à acheter des vaccins autorisés, prédémarqués ou autorisés à être utilisés d’urgence par l’OMS.

Barbosa a assuré que c’était pour que l’OPS puisse garantir des « vaccins sûrs et efficaces », en veillant à ce qu’ils puissent aider le régime à soumettre ses données à l’organisme mondial pour examen. 

« Nous pouvons aider le pays à soumettre ses données à l’OMS, mais le fonds tournant ne peut acheter des vaccins qu’avec cette autorisation. C’est une condition préalable avec laquelle nous ne pouvons faire aucune concession. »

Le directeur adjoint de l’OPS a souligné que si le gouvernement cubain veut offrir ses médicaments contre le COVID-19 par le biais du mécanisme régional de distribution des vaccins COVAX, il doit d’abord demander les autorisations nécessaires à l’OMS.

« Les vaccins qui n’ont pas cette autorisation ne peuvent pas participer au mécanisme COVAX », a répété M. Barbosa. 

En ce qui concerne le résultat positif émis par la Commission fédérale pour la protection contre les risques sanitaires (COFEPRIS) au Mexique sur le vaccin Abdala, le directeur adjoint de l’OPS a indiqué que chaque pays est libre de prendre ses propres décisions.

« Chaque organisme de réglementation a autorité dans son pays et un cadre juridique sur la base duquel il évalue et accorde ou refuse les licences des produits pharmaceutiques (...) sont des décisions souveraines de chaque autorité qui doivent être prises sur des bases transparentes et conformément aux normes internationales ».

Il convient de mentionner que l’OPS a exhorté le gouvernement cubain dans le passé à partager les résultats de ses recherches dans des revues scientifiques, afin qu’elles soient évaluées par la communauté internationale. 

Depuis l’annonce du développement de ses candidats vaccinaux, le régime castriste s’est consacré à une campagne de propagande dans laquelle il se vantait d’être le seul pays d’Amérique latine à vacciner entièrement sa population avec ses propres vaccins, mais ces déclarations ont été contredites après avoir annoncé l’utilisation du vaccin chinois Sinopharm dans les provinces de Cienfuegos et Artemisa.

Par Journal cubain


 

: Afrique Monde