Nombre total de visites : 4381933
Aujourd'hui : 211
En ligne actuellement : 4

Madagascar : Madagascar choqué par la vidéo de l’enterrement d’une ressortissante en Arabie saoudite

2021-03-16 20:03:57 - À Madagascar, c’est une courte vidéo qui n’arrête pas de tourner sur les réseaux sociaux, depuis ce week-end. Il s’agit de l’inhumation d’une jeune travailleuse domestique dans le cimetière pour non-musulman de Jubai en Arabie Saoudite. Le corps de la jeune femme, enveloppé dans un simple drap blanc, est mis en terre à l’aide d’un bulldozer. Des images qui ont suscité émoi et indignation chez une population très respectueuse des rites funéraires et qui relancent une nouvelle fois le débat sur la migration -interdite depuis 2013- de ces travailleuses dans les pays du Golfe.

La vidéo, filmée par une Malgache, dure un peu plus d’une minute. Sur un terrain de terre qui s’étend à perte de vue, un engin de chantier s’attèle à recouvrir de terre un trou au fond duquel a été déposé la dépouille. On y voit plusieurs femmes vêtues du tchador noir, filmant elles-aussi la scène en pleurs. « Arrête, arrête, calme toi, relève toi, il y a plein de poussière », dit la femme qui filme à celle effondrée, à côté d’elle.
 
Nous sommes le 11 mars. Ces travailleuses malgaches viennent d’assister à l’inhumation du corps de leur compatriote. La défunte, originaire de Sambava, dans le nord de Madagascar, est décédée en septembre dernier, d’une mort brutale, alors qu’elle venait de rompre son contrat d’employée de maison. Faute d’argent, sa famille n’a pas réussi à faire rapatrier son corps sur la Grande Île.
 
Au moins 500 Malgaches en Arabie saoudite
 
Après la diffusion de la vidéo, la réaction au pays a été immédiate. Mais pour l’agence onusienne de l’Organisation internationale du travail (OIT) et Noémie Razafimandimby l’administratrice nationale du projet Reframe visant à améliorer le cadre de recrutement des travailleurs migrants, s’insurger ne suffit plus : « Ca choque la société, mais le problème reste le même : les filles continuent à partir et à chercher par tous les moyens, parfois, à quitter leur village pour rejoindre ces pays-là. Et ça restera la même situation tant que des mesures n’auront pas été prises pour présenter des alternatives à ces femmes qui souhaitent aujourd’hui migrer et espèrent avoir une vie meilleure dans ces pays, tant que les partenaires sociaux et les organisations de la société civile n’auront pas renforcé leurs interventions pour la sensibilisation contre la traite des personnes et contre le recrutement clandestin et tant que les médias ne contribueront pas à la pérennisation de la réflexion et de l’information objective sur ce phénomène-là. »
 
Aujourd’hui, le ministère des Affaires étrangères comptabilise au moins 500 ressortissantes en Arabie saoudite. Presque toutes sont des travailleuses domestiques. Toutefois, les statistiques exactes n’existent pas. Depuis 2013, Madagascar a mis en place un décret suspendant la migration de ces travailleurs vers les pays dits « à haut risque » et régulièrement pointés du doigt pour l’exploitation des travailleuses étrangères. Mais grâce à des réseaux clandestins, beaucoup de jeunes femmes, peu informées, arrivent à rejoindre les pays du Golfe pour y être embauchées, rendant ainsi le décompte impossible pour l’État malgache.
 
Des plaintes pour mauvais traitements
 
À l’heure actuelle, le Liban, le Koweït et l’Arabie saoudite sont les pays desquels émanent le plus de plaintes déposées par de jeunes femmes malgaches pour exploitation, abus et mauvais traitements. Ces mouvements migratoires vers les pays du Golfe ont démarré dans les années 90. La situation a commencé à dégénérer quand des recruteurs peu scrupuleux ont proliféré sur le territoire malgache, promettant à de jeunes femmes peu éduquées un salaire et une vie plus décente.
 
L'OIT se bat pour lutter contre la corruption au sein des administrations malgaches qui facilitent de manière illégale le départ de ces jeunes filles et au sein des agences de recrutement, qui malgré leur absence d’agrément, continuent à d’envoyer des travailleuses de manière clandestine dans ces pays-là. L’OIT œuvre également pour mettre en place des mécanismes de plaintes et de réparation efficaces pour les victimes d’abus et de traite humaine.
 
Sarah Tétaud

: Afrique Monde