Nombre total de visites : 4262116
Aujourd'hui : 1
En ligne actuellement : 1

Océan Indien : Air Austral et Air Madagascar se séparent

2020-07-25 02:33:20 - Trois ans après une tentative de mariage, le divorce est prononcé entre la compagnie publique de La Réunion et celle emblème de l'aérien malgache. Air Austral et Air Madagascar viennent de signer le 21 juillet 2020 un protocole d'accord entérinant la sortie définitive d'Air Austral du capital d'Air Madagascar. L'État malgache et la Cnaps (Caisse nationale de prévoyance sociale) reprennent officiellement le contrôle et la gouvernance de la compagnie basée sur l'aéroport international d'Antananarivo-Ivato.

L'accord prévoit la cession de 123 866 266 actions représentant 43,78 % du capital social d'Air Madagascar détenues par Air Austral Invest au profit de la Cnaps et de 420 981 actions représentant 6,79 % d'Air Austral, détenues par la Cnaps, au profit d'Air Austral dans le cadre d'une réduction de capital. La Cnaps devient ainsi actionnaire dans la Société de transport aérien de Madagascar.

Entre atermoiements…

Le mariage lui-même a-t-il été consommé ? C'est semble-t-il une des causes de divorce. En 2017, l'accord de partenariat stratégique prévoyait qu'Air Austral entre dans le capital de la compagnie malgache à hauteur de 34 % (à terme 49 %). Or, il semble que les capitaux n'ont pas été intégralement versés par Air Austral, compagnie publique de La Réunion, financée par le contribuable… L'étendue du déficit d'Air Madagascar aurait été sous-évaluée, comme le niveau de corruption des gouvernants.

Il faut tenir compte en plus des atermoiements du gouvernement malgache. Certes, il avait écarté (un peu) la concurrence en supprimant les droits de trafic de la compagnie française Corsair. Mais il a fait aussi un pas en arrière en donnant des autorisations de vol à la très puissante compagnie africaine Ethiopian Airlines. La possibilité pour Air Austral d'obtenir des droits de trafic mondiaux grâce à son partenaire était donc un rêve.

… et coups de canif

Mais il y a aussi d'autres coups de canif dans le contrat de mariage. Faute d'augmenter sa participation, Air Austral risquait de voir son actif dilué, car l'État malgache a tenté d'augmenter le capital de sa compagnie. Sans succès, Qatar Airways et Turkish Airlines ont été sollicitées. Le partenaire rêvé aurait été Ethiopian Airlines, la compagnie est-africaine très bien gérée, très rentable qui souhaite le rester. En plus des dettes estimées à 88 millions de dollars est suspendue la condamnation en appel de 46 millions de dollars à verser à Air France après le jugement du tribunal de commerce de Paris concernant les arriérés de loyer des Airbus A340. À ce jour, en raison de la situation sanitaire malgache, le trafic d'Air Madagascar vers la France n'a pas repris. Le seul actif de ce rapprochement semble être la création de la compagnie régionale Tsirada qui dessert efficacement l'île Rouge.

Par Thierry Vigoureux - Le Point.fr

: Afrique Monde