Nombre total de visites : 4262118
Aujourd'hui : 3
En ligne actuellement : 3

Cameroun : Transport aérien, au pays de l'amateurisme. Paul Biya ordonne la privatisation de Camair-Co. C'est maintenant que nous attendons de voir qui sont les Camerounais capables. Quand on est pas capable, on ferme sa gueule. En France, le secrétaire d'état aux Transports est un Pilote de ligne. Et au Cameroun c'est comment ? il sort de l'Enac ?où alors c'est un Sardinard

2020-07-18 16:32:19 - « Le chef de l’État demande au Premier ministre, chef du gouvernement, d’élaborer en urgence, en collaboration avec le ministre des Transports, le ministre des Finances, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Camair-Co et la CCAA (Autorité aéronautique), un plan de restructuration, de relance et de développement de la compagnie, dans l’optique d’ouvrir son capital social à hauteur de 51% à un partenaire stratégique privé, conformément à l’article 5 du décret du 11 septembre 2006, portant création de la Camair-Co ».

C’est l’extrait d’une correspondance adressée le 14 juillet 2020 au Premier ministre (PM), Joseph Dion Ngute, par le secrétaire général de la présidence de la République (SG/PR), Ferdinand Ngo Ngoh.
 
En clair, face aux nombreuses difficultés financières, dont fait face la compagnie aérienne publique camerounaise, depuis le lancement de ses activités en 2011, l’État opte finalement pour la cession des parts majoritaires de Camair-Co à un opérateur privé, comme prévu par les textes de création de la compagnie. Mais, avant d’y arriver, il importe préalablement de rendre l’entreprise vendable.
 
En effet, dans une « alerte » lancée le 19 juin 2020 en direction de l’actionnaire unique de l’entreprise, le commissaire aux comptes de Camair-Co dépeignait la situation opérationnelle et financière catastrophique de cette compagnie aérienne, devenue un gouffre à sous pour le Trésor public.
 
« Nous avions déjà relevé dans notre rapport de commissariat aux comptes au titre de l’exercice 2015, émis le 9 avril 2018, que les capitaux propres de Camair-Co étaient devenus inférieurs à la moitié du capital social, et que l’Assemblée générale (AG) devait décider s’il y a lieu de procéder à la dissolution anticipée de la société ou non (…) La compagnie dispose désormais d’un seul aéronef (MA 60) susceptible de voler à brève échéance (…) Le personnel cumule actuellement quatre mois d’arriérés de salaires pour une masse salariale mensuelle d’environ 500 millions de FCFA », détaillait le cabinet Okalla Ahanda & Associés.
 
Nouveau financement de 15 milliards de FCFA
 
Dans le même temps, le commissaire aux comptes de Camair-Co révélait que la compagnie traîne une dette abyssale de 110 milliards de FCFA, et que les pertes, qui ont été annulées au 31 décembre 2018, étaient de près de 99,2 milliards de FCFA. À cette enveloppe, apprend-on, il faudrait ajouter une perte prévisionnelle de 15 milliards de FCFA au titre de l’exercice 2019 et 12 milliards de FCFA au titre du premier semestre 2020 (soit 126,2 milliards de FCFA de pertes au total), le tout pour un capital social de 21,8 milliards de FCFA.
 
Afin d’embellir cette mariée plutôt hideuse, dans la perspective de ses noces futures avec un partenaire privé, la correspondance, adressée le 14 juillet dernier au PM, révèle que le chef de l’État a récemment ordonné une nouvelle allocation de 15 milliards de FCFA au profit de Camair-Co. Ces financements, apprend-on, serviront à « l’envoi en maintenance de l’un des Boeing 737-700 NG ; l’acquisition de deux aéronefs Dash Bombardier Q400, mieux adaptés aux lignes de courte distance ; et la location de deux moteurs susceptibles de permettre la remise en vol du deuxième Boeing 737-700 NG » de la compagnie.
 
En dehors de ce renforcement des capacités techniques et opérationnelles de Camair-Co, le plan de restructuration de la compagnie, souligne la correspondance du SG/PR, devra intégrer la rationalisation de la gestion des ressources humaines et la réduction de la masse salariale. Traduction : l’on s’achemine inéluctablement vers les licenciements à Camair-Co, dont 65% du personnel est déjà en congé technique depuis juin 2020, pour une période de trois mois. 
 
 
Voici L'état de certains fauteuils d'Air Bikutsi
 
 
Ehh !!! ouiiiiiiiii gestion clanique,Sardinarerie, équilibre régional pour les cancres, tribalisme, voilà les résultats.
 
 
Conseil de Mr Médard Ntep a Mr Paul Biya ( photo ci dessus) l'aéronautique est un métier, pas un Job. Politiciens, vagabons, tribalistes et sardinards sans diplômes y afférant, non obtenu dans des grandes écoles de l'aviation n'ont pas a mettre leurs nez dans ce domaine très sensible. Sinon, comme vous le constater vous même, votre empennage n'a jamais assurée la stabilité de cette petite compagnie de coquines et de coquins. Toujours plein au niveau de la cabine et des soutes, mais hélas !!!!! l'essentiel qui est la trésorerie est toujours vide. Quel MAGIE !!!!!! c'est une vraie honte. 38 ans de gabegie c'est trop. Rentrer dans votre village, et arrêter de ridiculiser le peuple Camerounais. Même avec 500 millions de vos cfa, je suis certain que vous serez incapable de faire fonctionner un Aéro - club.
 
 
De la rigueur a  la gestion des incidents, pas d'aéronefs bloqués pour des petites pannes mineurs a l'extérieur du territoire, ce qui est redondant avec les avions poubeles de Mr Paul Biya. Le medécin à l'hôpital,le poissonnier à la poissonnerie, le boucher à la boucherie, le mecanicien dans son garage, le vendeur dans sa boutique, le professeur à l'école, et non le contraire. Je constate toujours que rien n'ai réussi en 38 ans. il faut quitter le Job quand rien ne vous réussi. D'ailleurs, 38 ans de gabegie c'est du vole. C'est deux mandats et bonsoir clara. A mon niveau, je ne vous considère pas comme le Président du Cameroun, plus tôt comme usurpateur et illégitime, jouissant du faite que la capitale du Cameroun se trouve dans votre region. Si la capitale n'était pas à Yaounde, je vous assure que vous seriez déjà en exile. Quand a vos calculs avec votre fils pour la conservation du pouvoir par votre clan ethnique, je vous le déconseille vivement.
 

Ici, quel que soit ton diplôme émanant de l'aéronautique, pour poser tes fesses sur ce fauteuil, tu dois passer par un concours. Ce ne sont pas vos histoires de combinard et rattrapage ethnique du Cameroun. J'y suis, et je ne dois rien au Cameroun, ne serait-ce que le moindre centimes. Je n'ai jamais été boursier de la République du Cameroun. Alors, je ne dois rien au peuple Camerounais. Surtout quand je vois dans quel état de misère les Camerounais boursiers souffrent au Maroc depuis trois mois. ( l'humanitaire pour moi, n'est qu'un passe temps pour aider ceux qui sont momentanèment dans le besoin ) et non pour des assistés permanent, encore moins pour des pays qui ont du pétrole et des richesses.
 
 
Médard Ntep a Mr Paul Biya,si j'ai un conseil a vous donner, l'actionnariat de la République du Cameroun ne doit en aucun cas depasser 15% dans Camair-Co. Votre idée d'un seul partenaire stratégique privé est une folie. A vous de reflèchir, Quand a moi, je ne vous en dirai pas plus, car mon Visas n'est pas gratuit quand je viens au Cameroun.
 
Brice R. Mbodiam - Titre et Photos: AM

: Afrique Monde