Nombre total de visites : 4249488
Aujourd'hui : 196
En ligne actuellement : 2

Gabon : MARCHE ARRIÈRE, LA LOI SUR L’HOMOSEXUALITÉ AU GABON ÉCHOUE

2020-06-24 22:57:05 - N’y a-t-il pas de vrais initiés à nos rites traditionnels (Bwiti, Melane, Ndjbvi, Mwiri etc.) pour taper le diable à ces acculturés qui ont choisi de piétiner nos us et coutumes, au mépris de nos valeurs culturelles ?, écrit internaute gabonais.

C’est dire que la nouvelle mouture du Code pénal qui inclut la dépénalisation de l’homosexualité ne passe pas auprès de la majorité des Gabonais opposés à l’entrée effective de la reforme voulue par le gouvernement et le Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir depuis 1968). Pour tenter de faire barrage à l’adoption du texte par le sénat gabonais, un groupuscule  de Gabonais ont  manifesté ce mercredi devant le palais du Sénat.
 
Munis  du drapeau gabonais et de messages contre la dépénalisation de l’homosexualité, les manifestants ont voulu faire passer leur indignation  aux sénateurs, appelés à valider la mouture du texte. « Non à la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon », pouvait-on lire sur les banderoles improvisées de ces manifestants qui souhaitent le rejet du texte par le sénat.
 
La position de la représentation nationale sur la proposition du gouvernement de retirer de l’ordonnancement juridique la répression « des relations sexuelles entre personnes de même sexe » a été précisée cet après midi au terme d’une assemblée plénière qui s’est tenue à son siège provisoire, sis au boulevard Triomphal de Libreville.
 
Si les débats dans l’hémicycle ont abouti à un vote en majorité pour la dépénalisation de cette pratique, la disposition ne sera toutefois pas adoptée, car seule une majorité absolue aurait permis le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 de la loi 042/2018 qui réprime les rapports sexuels entre deux hommes ou entre deux femmes en République gabonaise et par ricochet, la dépénalisation de l’homosexualité.
 
C’est du moins ce que nous révèlent des représentants du peuple, présents pendant les débats et joints par Gabon Media Time « le texte a bien été voté mais n’a pas obtenu la majorité absolue donc il n’a pas été adopté. Selon le règlement de l’Assemblée nationale, ce genre de texte doit être voté à la majorité absolue », ont-ils confié. En effet, selon l’article 77 du règlement de l’Assemblée nationale « les délibérations sont prises à la majorité absolue des suffrages exprimés ».
 
C’est là une décision fort saluée par une partie de l’opinion qui de façon claire avait manifesté sa désapprobation à la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon par le biais d’une campagne menée sur les réseaux sociaux notamment. D’un autre point de vue, ce rejet de la dépénalisation de l’hommosexualité risque fortement de susciter des critiques de la part des grandes puissances occidentales qui y sont favorables.
 
Pour rappel, le législateur par le truchement de la loi n°042/2018 du 5 juillet 2019 portant Code Pénal en vigueur depuis près d’un an condamnait à une peine « 6 mois d’emprisonnement et 5 millions de FCFA » toute personne qui se rendrait coupable d’atteinte aux moeurs en ayant des rapports sexuels avec une personne de même sexe.
 
Malgré tout, les débats se poursuivent dans la rue et les maisons, le temps que le gouvernement gabonais présente une autre mouture.
 
AM
 
 

: Afrique Monde