Nombre total de visites : 4232812
Aujourd'hui : 13
En ligne actuellement : 2

La Bouteille contre le Covid 19 : Le Cameroun Détient la Solution depuis 1982

2020-05-21 16:44:58 - Le 21 Avril 2020, le Président de Madagascar, Madagascar,Andry Rajoelina, annonçait au monde entier la découverte par les chercheurs Malgaches d’un médicament efficace contre le Covid 19. Ce médicament baptisé CovidOrganics (CVO), a reçu depuis  un écho favorable dans tous les pays Africain sauf un seul : le Cameroun.
 
Cette réaction du régime de Yaoundé qui semblait à première vue incompréhensible, se justifie tout simplement par le fait que les membres du régime ont tout simplement remarqué que le CVO (CovidOrganics) était conditionné dans des bouteilles qui rappellent à s’y méprendre les bouteilles de bières « 33 » ou Castel (sans publicité). Pour le régime de Yaoundé, la lutte contre le Covid 19 est sérieusement une question de bouteille. Une  solution que le régime applique au peuple Camerounais (peuple mis en bouteille voire en bière) depuis plus de 40 ans face aux nombreux fléaux qui ont assombri ce peuple. C’est-à-dire que l’alcool au Cameroun permet de résoudre tous les problèmes, à condition que vous en consommiez tous les Jours et en quantité excessive. 
 
Avec cette très haute instruction, adieu les soucis des frais de scolarité ou de ration alimentaire du lendemain des enfants, adieu les problèmes de santé et d’emplois, etc… Dans les villes Camerounaises, la bière serait devenue un somnifère très spécial, une arme redoutable indispensable pour vous rendre  insensible aux morsures et aux grands concerts nocturnes organisés par les moustiques qui pullulent dans nos grandes villes insalubres. A Douala par exemple, 90% des moustiques prélevés au petit matin, seraient dans un état éthylique très  avancé suite à leur butinage nocturne sur les corps enivrés des Camerounais. Au Cameroun donc, on reconnait à la bière des vertus contre le paludisme et même contre le choléra, même si cela n’est pas prouvé. « Et pourquoi pas  contre le Covid 19 ? », parie le gouvernement.
 
Ainsi pour ne pas se laisser devancer par Madagascar, les membres du régime vont décider de l’ouverture au-delà de 18 heures, des débits de boissons, des restaurants et des lieux de loisirs, avec obligation pour les clients et usagers de boire à volonté tout en respectant les mesures barrières, notamment le port du masque de protection et la distanciation sociale. Une décision qui sera saluée par les Camerounais, surtout les exploitants de débits de boisson qui vont dire Merci à Paul Biya : « Nous avons tous failli mourir » va déclarer un habitant dans une rues de Eséka.
 
Un conseiller du RDPC (qui n’est jamais écouté) va attirer l’attention du régime sur le fait qu’il ne s’agissait pas simplement d’une bouteille car le C, une plante déjà connue pour son efficacité contre le paludisme. Les membres du RDPC vont rétorquer en insistant que l’Artemisia est une plante non grata au Cameroun où d’ailleurs une brigade spéciale, formée et shootée à la marijuana, est chargée de systématiquement la détruire sur le territoire du Cameroun.
 
C’est donc naturellement que le Président Camerounais va boycotter la grande vidéoconférence qui a réuni les chefs d’Etat Africains qui ont discuté sur les solutions contre le Covid-19 autour du Président de Madagascar. En contrepartie, la SABC s’est transformée en ONG humanitaire. L’actualité sur les chaines de télévision au Cameroun ne tourne qu’autour de la publicité de la SABC qui offre des kits aux Camerounais, heureux consommateurs de bières, pour échapper au Covid 19 avant de faire face à la cirrhose du foie. Le Directeur de la Société, a personnellement bravé le confinement pour aller en tournée dans les 10 régions du Cameroun pour offrir des bidons d’eau aux Camerounais. Il ne s’agit bien sûr pas de l’eau à boire mais plutôt de l’eau pour se laver les mains avant d’attraper une bouteille de bière à la propreté improbable.
 
Le seul aspect positif de cette option de la bouteille au Cameroun est le déclenchement de la fibre d’innovation des Camerounais. D’un côté le RDPC s’emmêle les pédales dans tous les sens pour essayer d’expliquer l’inexplicable : « La situation est sous contrôle ». Et de l’autre côté la CICAM va donc faire face à cette nouvelle contrainte en inventant des Cache-nez ou des masques spéciaux, adaptés à la consommation de la bière. La particularité de cette innovation, qu’il reste encore à démontrer, réside dans le fait que le cache-nez CICAM vous permet non seulement de boire, mais il n’affecte pas le goût de la bière.  En tout cas c’est l’aspect retenu par les membres du RDPC pour justifier le prix élevé des masques CICAM, 1300 FCFA/masque contre 200 FCFA/masque au Tchad et 6 FCFA/masque en France et 0 FCFA en Allemagne.
 
Les décisions du régime de Yaoundé et la priorité accordée à la consommation de la bière au Cameroun contre le Covid 19, indiquent très bien que le gouvernement du Cameroun est dans une logique, de neutralisation des Camerounais par tous les moyens, qui ne laisse pas trop de doute.
 
Douala Ngando

 

 

: Afrique Monde