Nombre total de visites : 4288184
Aujourd'hui : 446
En ligne actuellement : 4

CONFUSION AU TOGO: OÙ EST PASSÉ LE PRÉSIDENT FAURE GNASSINGBE?

2020-05-11 21:42:38 - D’énormes tensions subsistent au Togo depuis la proclamation des résultats à la dernière élection présidentielle. L’ancien Premier ministre passé à l’opposition a revendiqué la victoire jusqu’à nommer un Premier ministre alors que dans  la nuit du dimanche 23 au lundi 24 février 2020, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) proclamait Faure Gnassingbé vainqueur du scrutin présidentiel, avec 72,36 % des suffrages exprimés, contre 18,37 %. Le bras de fer ne faisait que commencer.

Le challenger Agbéyomé Kodjo, a promis à ses supporters qu’il allait renverser la situation. Et maintenant, le président togolais semble mis sous haute pression diplomatique et militaire.  C’est du moins ce qui transparaît dans des tweets de Herman J. Cohen, qui annonce des pressions militaires sur le président togolais au point de l’annoncer  en fuite.

« Au Togo, la pression militaire a contraint le président Faure à fuir le pays. Les gouvernements de l’Union européenne discutent de la reconnaissance d’Agbeyome Kodjo comme le véritable vainqueur de la récente élection présidentielle », a tweeté l’ancien sous-secrétaire d’État américain aux Affaires africaines (1989 – 1993). Une information qui n’a pas été ni démentie, ni confirmée  par le gouvernement depuis dimanche soir.

L’ancien Diplomate américain est toutefois revenu à la charge, en nuançant ses propos: « J’ai appris que le président du Togo, Faure, a quitté Lomé, mais n’a pas entièrement quitté le pays, et serait proche de la frontière avec le Bénin. Après avoir arrêté 100 militaires, il a certainement perdu la confiance de l’armée qui l’a maintenu au pouvoir. »

Est-il allé vite en besogne? Même si certaines sources nous laissent entendre que Faure Gnassingbe est toujours au palais, il y a bien des tensions entre Faure Gnassingbe et son armée depuis l’assassinat d’un haut gradé de la grande muette.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Yark Damehame a été choisi pour présider la commission d’enquête en charge du dossier Madjoulba Bitala, l’ex chef du 1er Bataillon d’intervention rapide (BIR), retrouvé mort dans son bureau lundi dernier .

Pour cette enquête , le Général Yark est assisté   par le Directeur Général de la Gendarmerie nationale, le Colonel Massina Yotroféï, le Directeur Général de la Police nationale, Yaovi Okpaoul, le Colonel Guy Akpovy de la FTF et certains officiers de la police judiciaire. Et là aussi, c’est une vraie foire d’empoigne.

L’affaire a fait naître beaucoup de spéculations auprès des internautes et observateurs du pays. Une avalanche de commentaires a submergé la toile depuis que le Procureur de la République a confirmé l’hypothèse selon laquelle la victime a été tuée par balle.

Concernant cette hypothèse d’ailleurs, une manifestation spontanée des habitants de-

Siou (Kara), village natale de Madjoulba Bitala, a été observée portant exigence sur la vérité des circonstances de l’assassinat de leur frère. La télévision nationale préfère ne dire mot.

Par CF

: Afrique Monde