Nombre total de visites : 4189734
Aujourd'hui : 434
En ligne actuellement : 3

CAMEROUN: ME ALICE NKOM . MONSIEUR LE MINISTRE PAUL ATANGA NJI VOUS MENTEZ !

2020-03-10 20:29:31 - Au sujet de deux attentats terroristes de Bamenda et Galim qui ont fait des morts parmi les civile et les force de défense, le ministre de l’administration territoriale, Paul Atanga Nji a fait une sortie musclée.

Une sortie dans laquelle il accuse des organisations non gouvernementales et certains medias d’être d’intelligence avec les terroristes dans le but de déstabiliser le Cameroun.
 
Une conférence de presse qui a fait boule de neige.
 
De par les déclarations du ministre. Qui ont sonné comme un coup de tonnerre dans les milieux de la communication. Réalités Plus, un journal paraissant à Yaoundé l’a repris, à sa grande une, sous forme d’information accusation « 5 milliards de financement, Atanga Nji met à nu la maffia des ONG contre le Cameroun » reprenant le ministre, le journal écrit « selon Atanga Nji, des officines lugubres et mafieuses financent les ONG à hauteur de 5 milliards pour une campagne de déstabilisation du Cameroun. Il a mis en garde les medias locaux qui bénéficient de mêmes fonds pour saquer le Cameroun » Il s’agit de Human Rights Watch, International Crisis Group, Amnesty International et Redhac.
 
Il n’en fallait pas plus et la raison était suffisante.
 
Le Réseau des Défenseurs de Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC), a donné un point de presse à Douala. En présence de sa Directrice exécutive et son président du conseil d’administration. C’était une mine de recueillement dans un ton grave. Maximilienne Ngo Mbe, la directrice a eu le devoir « au nom du Redhac d’exprimer son émotion, son affliction, sa désolation et sa douleur faces aux inqualifiables et barbares actes criminels qui se sont déroulés dans la nuit du 7 mars à Galim et au matin du 8 mars à la place des fêtes de Bamenda »
 
Apres l’émotion de la barbarie humaine perpétrée par des individus sans foi ni loi, le Redhac est revenu sur la sortie du ministre de l’administration territoriale pour fustiger ce dernier qui « s’est honteusement et malheureusement offert le luxe d’indexer le Redhac et d’autre organisations non gouvernementale qui selon lui en parlant du Redhac auraient perçu plus de cinq milliards de FCFA pour déstabiliser le régime » L’occasion était donnée pour le Redhac de dénoncer « ce membre du gouvernement qui se rend ainsi coupable de déclarations mensongères calomnieuses et outrageantes »
 
Abondant dans le même sens, Me Alice Kom, avocate au barreau du Cameroun et PCA Redhac s’est insurgée contre « Un ministre pyromane qui a franchi le Rubicon de l’intolérable » au moment où les Camerounais souffrent de la fracture de plus en plus béante au sein de la société constituée de « having et de having not ». Tout en mettant au défi le ministre de donner le moindre indice de ses déclarations. Vous mentez Mr le ministre. Finalement, au Redhac, on se dit plus « serein et plus que jamais droit dans ses bottes et qu’on a rien à craindre » Non sans rappeler au ministre Paul Atanga Nji qu’il ne doit pas oublier qu’il est un justiciable comme les autres et que le Redhac se réserve le droit de la trainer en justice en temps opportun pour apporter les preuves de ses calomnies.
 
 
Voici Atanga Dji, menteur et Balafoniste en chef de Paul Biya, Président illégal du Cameroun ( ministre et ancien repris de justice )
 
Camer.be : Franck BAFELI
Photo et commentaire ci-dessous : AM

: Afrique Monde