Nombre total de visites : 4191203
Aujourd'hui : 21
En ligne actuellement : 3

Cameroun : LE COMMANDEMENT MILITAIRE AURAIT DONNÉ L’ORDRE D’ASSASSINER LES BÉBÉS ET FEMMES ENCEINTES

2020-02-17 17:44:39 - LES MILITAIRES CAMEROUNAIS AURAIENT EXPLICITEMENT DES ORDRES D’ÉLIMINER SYSTÉMATIQUEMENT LES FEMMES ET LES ENFANTS À NGARBUH

Selon nos sources, les ordres ont été donnés par le commandement militaire. Pour l’instant il s’agit de 35 personnes tuées dont 14 bébés.
 
Ce n’est pas nouveau. Car de nombreuses armées et groupes terroristes utilisent l’élimination des bébés et enfants dans une optique de terreur et de dissuasion.
Mais, il s’agit là d’un crime de guerre. Cependant voici une liste de massacres également perpétrés par l’armée camerounaise ces derniers mois:
 
BAI BAKUNDU : 27 personness tuées
BOMbE BAKUNDU :28 personnes tuées
MAUTU:10 personnes tuées
MUEA:15 personnes tuées
EKONA: 17 personnes tuées
WEH: 15 personnes tuées
BUÉA VILLE: 10 personnes tuées
BAKWERI VILLE: 6 personnes tuées
MAUMU:13 personnes tuées
PINYIN: 29 personnes tuées
BEKORA BAROMBI: 14 tuées
IKATA :8 personnes tuées
MUYUNGE: 18 personnes tuées
 
BORIS BERTOLT
 
Les hommes armés ont tué 22 civils, dont 14 enfants, ce vendredi dans un village du Cameroun anglophone. L’opposition et des ONG locales accusent le gouvernement et les militaires, qui combattent depuis trois ans des groupes sécessionnistes anglophones, d’être responsables de cette tuerie.
 
« La majorité des victimes sont des femmes et des enfants », a assuré le chef du Bureau de la coordination des Affaires humanitaires (OCHA) de l’ONU pour les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. « Il y a eu au moins 22 morts, parmi eux 14 enfants, dont 11 filles et neuf âgés de moins de 5 ans, une mère enceinte et deux femmes qui portaient leurs bébés. »
 
Le Nord-Ouest et le Sud-Ouest subissent depuis trois ans de meurtriers combats entre militaires et séparatistes armés. Ces affrontements, ainsi que les exactions et crimes commis par les deux camps, ont fait plus de 3.000 morts et contraint plus de 700.000 personnes à fuir leurs domiciles.
 
Sur sa page Facebook, Félix Agbor Mballa, président du Centre pour les Droits de l’Homme et la Démocratie en Afrique (CHRDA), a condamné « l’horrible meurtre » commis « par les forces de défense de l’Etat ». « Tous les témoignages accusent l’armée », a lancé sur Twitter l’opposante Edith Kah Walla, candidate à la présidentielle en 2011. « Faux » a simplement rétorqué un porte-parole de l’armée, interrogé ce dimanche
 
Ce nouveau drame touchant la minorité anglophone survient près d’une semaine après les élections législatives et municipales qui ont connu une faible participatio, en particulier dans les deux provinces anglophones. Les groupes séparatistes avaient interdit aux gens d’aller voter et promis des représailles à ceux qui essaieraient. Le gouvernement avait dépêché d’importants renforts militaires.
 
Plus de cent personnes ont été enlevées dans les deux régions par des rebelles dans les deux semaines précédant les élections, selon Human Rights Watch (HRW). L’ONG a accusé les forces de sécurité d’avoir commis de « nouveaux abus » dans la même période.
 

: Afrique Monde