Nombre total de visites : 4290530
Aujourd'hui : 611
En ligne actuellement : 3

Irak : Jusqu’à 34 soldats pourraient être déclarés en état de mort cérébrale suite à l’attaque iranienne sur la base US

2020-01-26 20:05:41 - Le Pentagone a commencé à révéler lentement certains aspects de la vérité sur les représailles iraniennes contre la base aérienne américaine en Irak au début du mois de janvier, ce qui constitue un revirement surprenant.

Selon un rapport rendu public, quelque 34 soldats américains ont été diagnostiqués avec des lésions cérébrales traumatiques suite aux frappes iraniennes sur deux bases américaines au début de ce mois, a déclaré le Pentagone, malgré les affirmations antérieures de l’administration selon lesquelles les blessures n’étaient « pas graves ».
Les États-Unis ont réussi à réduire considérablement le nombre de « KIA » (morts au combat), qu’il est légalement nécessaire de signaler, grâce aux technologies de maintien de la vie disponibles au point d’extraction. Les hélicoptères médicaux sont équipés de systèmes de survie qui peuvent maintenir les fonctions métaboliques de base des soldats autrement décédés.
 
Par conséquent, l’expression « traumatisme crânien » n’est pas seulement générale, mais inclut probablement la plupart des personnes que les médecins militaires américains débrancheront des systèmes de survie car elles sont en fait « en état de mort cérébrale ». Ce terme a été utilisé comme un euphémisme pour décrire les soldats tués au combat. En établissant leur décès plus tard à l’hôpital, on évite la presse négative et les familles des défunts peuvent être privées d’une indemnisation pour mort au combat.
 
Ce revirement est important, les États-Unis ayant souvent procédé à de telles révisions par paliers. Ce « ballon d’essai » de la réaction nationale sera sans doute utilisé pour évaluer si les autorités divulguent ou non des informations supplémentaires.
 
Les médias iraniens ont rapporté que des dizaines de soldats américains ont été tués dans l’attaque. Les médias iraniens ont également rapporté des informations en provenance du Koweït et de l’Allemagne où des corps puis des cercueils de soldats tués ont été vus entrant dans les deux pays.
 
Huit soldats américains encore en vie, précédemment transportés par avion en Allemagne, ont été emmenés aux États-Unis pour y être soignés, a reconnu le Pentagone lors d’une conférence de presse vendredi. Neuf autres restent en Allemagne, où ils sont en cours d’évaluation et de traitement. Un autre est de retour en Irak après avoir été envoyé au Koweït pour y être évalué, et 16 sont de retour en Irak suite à leur diagnostic.
 
L’administration Trump avait initialement indiqué que les tirs de missiles iraniens du 8 janvier sur deux bases de la coalition en Irak n’avaient pas fait de victimes américaines. Plus tard, il est apparu que « plusieurs » étaient traités pour des symptômes de commotion, un nombre qui a finalement grimpé à 11 qui ont été envoyés hors du pays pour évaluation.
 
Le Président Donald Trump a constamment minimisé les blessures, déclarant au début de la semaine qu’il avait « entendu dire que [les soldats blessés] avaient des maux de tête » mais insistant sur le fait que « ce n’est pas très grave… par rapport aux autres blessures que j’ai vues ».
 
Téhéran a mené des frappes de précision sur les bases de la coalition Al-Asad et Erbil en représailles à l’assassinat du Général Qassem Soleimani par l’administration Trump, lors d’un raid aérien à l’aéroport de Bagdad. Bien que les infrastructures des bases aient subi des dommages importants, il n’y a pas eu de pertes humaines. Alors que Trump a attribué aux systèmes d’alerte précoce de détection de missiles des bases la possibilité pour les troupes de s’enfuir en toute sécurité avant impact, l’Irak a été averti par l’Iran de l’arrivée de missiles et a partagé l’information avec les États-Unis.
 
Malgré un vote du Parlement irakien au début du mois qui demandait que toutes les troupes étrangères quittent le pays, l’armée américaine a insisté pour rester, même si l’administration Trump n’a fait qu’approuver du bout des lèvres la notion de souveraineté irakienne. Une protestation massive contre ce qui est redevenu officiellement une occupation par les États-Unis a inondé les rues vendredi, les manifestants demandant à Washington de se retirer immédiatement sous peine de subir des conséquences désastreuses. L’assassinat de Soleimani a largement uni la population irakienne à l’Iran contre les Américains.
 
source : Up to 34 Soldiers might be declared brain-dead resulting from Iranian Attack on Airbase
 

: Afrique Monde