Nombre total de visites : 4291561
Aujourd'hui : 217
En ligne actuellement : 1

Guinée - Equatoriale: UNE LOURDE PEINE DE PRISON FERME REQUISE CONTRE LE VICE-PRÉSIDENT DE LA GUINÉE ÉQUATORIALE

2019-12-19 22:07:35 - Théodorin Obiang, vice-président de Guinée Equatoriale, et fils du président de la république est dans le collimateur de la justice française. Dans l’affaire des biens mal acquis qui l’oppose à Transparency International et l’État français, le procureur de la république a requis contre lui, 4 ans de prison ferme et 30 millions d’euros d’amende.

Accusé de s’être bâtit un patrimoine de plusieurs millions d’euros avec de l’argent volé à l’État de Guinée Equatoriale, les avocats de la défense souhaitent une peine ferme pour servir d’exemple aux autres pilleurs des caisses de l’État en Afrique . ” Votre décision ne doit pas être basée sur des émotions, ni sur la passion, ni sur une certaine morale comme cela a été le cas jusque-là dans ce procès, mais uniquement le sur le droit”, ont martelé les avocats de la défense.

Le 16 décembre, à Paris, le ministère public a requis quatre ans de prison fer

Le 16 décembre, à Paris, le ministère public a requis quatre ans de prison ferme, 30 millions d’euros d’amende et la confiscation des biens saisis, assortis d’un mandat d’arrêt contre Teodorin Obiang. Ces réquisitions sont bien plus lourdes que le jugement de première instance qui avait vu le vice-président de Guinée équatoriale condamné à trois ans de prison avec sursis, 30 millions d’euros d’amende avec sursis et la confiscation des biens saisis.

À l’époque, le tribunal avait qualifié sa décision de « peine d’avertissement », a rappelé l’avocat général. « Or, cette notion d’avertissement est inadaptée aux agissements de Monsieur Obiang », a-t-il argumenté. Et le représentant du parquet d’insister sur la gravité des faits, que ce soit l’ampleur des fonds accaparés, ou le systématisme de leur blanchiment, qui plus est, par un haut représentant de l’État censé défendre l’intérêt général.

« Je ne parle pas seulement pour Transparency International mais pour des millions de citoyens africains victimes de ces pratiques », avait d’ailleurs souligné un peu plus tôt Me William Bourdon, demandant à la cour de poser, par son verdict, « un acte essentiel dans un dossier aussi caricatural qu’emblématique ».

L’avocat n’était pas revenu en détail sur « la flopée, le florilège, la fantasia d’éléments à charge » mais plutôt sur le cynisme de la défense, qui n’avait reculé devant rien pour torpiller la procédure. Et Me Bourdon d’interpeller la cour. « Donnez un épilogue lumineux à cette saga judiciaire, même si ce n’est qu’un épilogue provisoire, tant Teodorin Obiang utilisera tous les recours d’un État de droit qu’il méprise, jusqu’à la nausée judiciaire », a-t-il conclu.

Par CF

 
 

: Afrique Monde