Nombre total de visites : 4056369
Aujourd'hui : 579
En ligne actuellement : 2

Vers l’eldorado USA : L’effroyable chemin de croix des migrants africains (Camerounais) à la frontière mexicaine (vidéo)

2019-10-22 17:24:55 - Ployant sous la misère dans leurs propres pays où des dirigeants inconséquents et “népotistes” confisquent tout pour eux et leurs clans familiaux et amicaux, opprimés par des régimes sanguinaires comme celui qui telle une sangsue se nourrit du sang des Camerounais quelque part en Afrique Centrale, des centaines de milliers de jeunes Africains risquent désormais le tout pour le tout, pour se retrouver sous des cieux dégageant de loin la promesse d’une vie un tantinet moins infernale. 

Comme Christophe Colomb, mais cette fois-ci en connaissance de…destination, ils veulent, via le Mexique, “découvrir”… les Etats-Unis d’Amérique, eldorado des temps contemporains s’il en est. Au péril de leurs vies

Mais c’est compter sans la digue en béton armé construite à la frontière mexico-états-unienne, à la demande de Donald Trump pour freiner la marée humaine Sud-Nord de ces “shithole people” (?) qui viennent disputer leur pain à ces précieux Américains  dont le pays a été construit avec et sur le sang et les cadavres des Noirs.  

 « Le nombre de migrants et de réfugiés africains transitant par le Mexique a triplé au cours de la dernière année et beaucoup d’entre eux sont bloqués à la frontière sud du Mexique », peut-on lire sur le fil twitter du Web media AJ+ appartenant à Al Jazeera Media Network.

A qui la faute finalement ?

Face à cet incessant drame humanitaire dont les citoyens africains sont les victimes “privilégiées” revient aussi sans cesse la question de savoir qui est le responsable au premier chef de ce chaos.

A ceux qui redoutent que l’autre humain puisse venir respirer l’air moins étouffant de misère et de dictature de la vie chez eux, et qui pour cela ferment leurs frontières, mais ne font rien malgré les moyens… de rétorsion dont ils disposent pour obliger ceux qui -par méchanceté-poussent leurs peuples à fuir soit à commencer à se comporter comme des humains, soit à débarrasser le plancher ?

A ces monstrueux êtres qui se remplissent la panse à en mourir de tout ce dont dame nature ont doté l’Afrique et en guise de remerciement au Bon Dieu clochardisent Ses créatures, ne laissant d’autre choix à ceux-ci que de rester chez eux et mourir assurément ou partir au loin et mourir peut-être ?

A ces Africains qui n’ont pas encore compris qu’ils peuvent mettre utilement le génie qui leur permet de défier les crocodiles et les requins des mers, ainsi que les militaires puissamment armés postés aux frontières des pays dont ils sollicitent l’entrée, pour mettre fin au séjour à la tête de leurs pays de ces tyrans sanguinaires, orgueilleux et kleptomanes qui les dépossèdent si tranquillement de l’héritage commun ou les empêchent de jouir des fruits abondants du travail commun, au lieu d’aller affronter des gens qui peuvent d’une certaine manière “justifier”  les exactions qu’ils commettent  contre ces envahisseurs qui, dans leurs propres pays expulsent des Bamouns et des Bamilékés, juste pour leur montrer que « nul n’a le monopole de la violence » ?

Parlons-en, franchement

Le débat est ouvert. Même aux hérauts opportunistes de l’afro-souverainisme qui adoubent des régimes impopulaires et assassins au nom du droit des Africains à disposer d’eux-mêmes et à gérer leurs problèmes sans intervention extérieure, alors qu’ils savent que certains chefs d’États de ce continent sont retournés à l’animalité la plus féroce avant même d’être venus à l’humaine condition. Et que la seule réponse qu’ils ont aux problèmes de leurs concitoyens est le crépitement des armes. Pour que force demeure à… l’aloi

cameroonvoice

 

: Afrique Monde