Nombre total de visites : 4056336
Aujourd'hui : 546
En ligne actuellement : 4

Côte d'Ivoire : ALASSANE OUATTARA COMMANDITE L’ARRESTATION DE GUILLAUME SORO. ( Mr Soro, tu as oublié que c'est vous qui avez envoyé le président Gbagbo a la cpi ? Aujourd'hui tu viens jouer aux vierges effarouchées, tu as une mémoire sélective ? Soro saches que dramane n'est pas le président Gbagbo, il va te faire ça dur. Tu n'es qu'au début de tes souffrances) Après avoir brader la nationalité Ivoirienne, tu n'a même plus droit au Passeport, bien fait pour toi. il ne te reste plus que le maquis contre ton compère Dramane. Si tu es garçon, voilà les raisons, les vraies pour prendre les armes,inutile de pleurnicher.

2019-10-15 00:09:56 - Guillaume Soro c’est mon fils, quelque fois certains fils sont un peu rebelles. Il faut lui donner le temps de s’assagir”, avait déclaré le président Alassane Ouattara , depuis Paris en février dernier .

Mais, entre le  père Alassane  et le fils Guillaume Soro , la guerre froide fait rage, et tous les coups sont permis entre les anciens amis anti-Gbagbo devenus ennemis. Et cette fois-ci, les coups bas sont déployés en territoire étranger pour faire tomber l’ancien président de l’assemblée nationale ivoirienne.

Guillaume Soro  a pris part samedi à Valencia, en Espagne, à une rencontre dénommée  «Crush party» avec des ressortissants Ivoiriens. Au cours de cet événement, il s’est enrôlé via un lien de la plate-forme politique Générations et peuples solidaires (GPS) dont il est le président. Et c’est là-bas qu’il a failli être mis aux arrêts, selon son chargé de communication.

Le régime d’Alassane Ouattara a tenté de faire arrêter Guillaume Soro pendant son séjour en Espagne en s’appuyant sur Interpol», accuse Moussa Touré, sur son compte Facebook.

Le régime d’Abidjan, poursuit-il, a essuyé «une autre défaite dans sa volonté démentielle d’humilier Guillaume Kigbafori Soro par tous les moyens».

«L’opération a échoué et les policiers d’Interpol ont désigné le commanditaire de cette ignominie : le régime d’Abidjan et ses serviteurs zélés», a-t-il relevé, avant d’ajouter que «cette affaire n’en restera pas là».

Le mois dernier, La Lettre du Continent révélait déjà que certains conseillers du chef d’État ivoirien, lui avaient suggéré d’accuser Guillaume Soro de sédition et le faire arrêter. Une telle opération allait mettre le feu aux poudres dans une Côte d’Ivoire où la tension monte au fur et à mesure qu’approche l’élection présidentielle de 2020. 

 

 

: Afrique Monde