Nombre total de visites : 4055603
Aujourd'hui : 796
En ligne actuellement : 1

Françafrique : Significations de l’impressionnant déploiement policier à Lyon pour la protection du dictateur soldat Biya. Nous avons vu un certain Nganou alias Billy giflé une femme. Afrique Monde espère qu'une plainte en bonne et due forme contre le sardinard délinquant Billy à été déposée, ce qui le privera déjà de travailler pour une grande entreprise française, encore moins dans un aéroport français. C'est ça la France, pour les Camerounais qui ne le savaient pas.

2019-10-13 21:59:14 - On savait déjà de qui tient le régime néocolonial en place au Cameroun. On sait encore plus qui l’encourage à défier, avec une incroyable morgue, et les Camerounais, et la communauté internationale : La France, pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Le pays de la “Liberté” qui maintient ses anciennes possessions tropicales dans la servitude et se sert de ses supplétifs locaux pour les étrangler de toutes ses forces ;
 
“Liberté-Égalité-Fraternité” de France # la liberté, l’égalité et la fraternité universelles ?
 
Le pays de l’”Égalité” qui veut que les peuples de ses anciennes possessions tropicales restent les plus arriérés possibles et que l’un d’entre eux, le Cameroun, s’embourbe dans la barbarie de la guerre civile pour que l’Hexagone puisse profiter tout le temps qu’il faut du pétrole que recèle le sous-sol de l’une de ses régions anglophones.
 
Le pays de la “Fraternité” dont la perfidie vis-à-vis des peuples d’Afrique n’a d’égale que sa propension à dérouler le tapis rouge aux tyrans sanguinaires d’Afrique, à pourchasser et persécuter les nationalistes du continent berceau de l’humanité, comme l’illustre l’impressionnant déploiement, jeudi,  d’un dispositif militaro-policier pour réprimer la diaspora camerounaise anti-Biya.
 
Les français répriment plus fort pour corriger la Suisse
 
A voir la violence du comportement des forces du maintien de l’ordre françaises, on a l’impression qu’elles ont revu et corrigé celui des policiers et gendarmes suisses contre les activistes de la Brigade Anti-Sardinards en juin dernier, lors de la visite abrégée du président camerounais en Suisse. Du jamais vu, quand on sait combien des chefs d’Etats du monde, quoique jouissant de la légitimité conférée par les urnes dans leurs pays, sont souvent conspués lors de leurs déplacements dans des capitales occidentales, et bien souvent pour des peccadilles qui ne peuvent même pas tenir la comparaison avec la tragédie en cours au Cameroun. son sont souvent hués 
 
Par Ndam Njoya Nzoméné - Titre : AM
 

: Afrique Monde