Nombre total de visites : 4056378
Aujourd'hui : 588
En ligne actuellement : 1

Cameroun - Un non évènement : Les commerçants Bamilékés savent très bien qu'ils seront les premières cibles dans certaines régions du Cameroun.LE GOUVERNEUR ET LES MEMBRES DU GOUVERNEMENT DE LA RÉGION DU SUD, DÉCIDENT D’EXPULSER LES RESSORTISSANTS CAMEROUNAIS DE L’OUEST. Le Président d'Afrique Monde, Mr Médard Ntep réitère sa demande a l'endroit de ses frères Bassa'a, de ne pas se mêler des problèmes des ethnies qui ce sont partager les postes Ministériels sous la dictature de Paul Biya. Laissons les Bulu-Betis, Haoussa, Bamoun et Bamilékés s'entre-déchirer comme bon leur semble, le peuple Bassa'a se doit d'être neutre dans leurs histoires.

2019-10-13 14:50:17 - UN AUTOCHTONE ASSASSINE UN AUTOCHTONE À SANGMELIMA POUR VOLER SA MOTO, LES MÊMES AUTOCHTONES EN FURIE VANDALISENT ET SACCAGENT PLUTÔT LES COMMERCES ET BOUTIQUES DES BAMUN, BAMIKEKE ET HAOUSSA!

En 48 heures, personne n’a été interpellée par les autorités administratives. Mais curieusement, une fois réunis autour du gouverneur, Fame Ndongo et d’autres membres de l’élite de Sangmelima, la première résolution importante est d’interdire aux Bamun de ne plus conduire les motos dans la ville de Sangmelima.

Entre temps, personne n’est inquiété du côté des assaillants autochtones qui ont pourtant attaqué aux armes blanches ces ressortissants de l’Ouest à qui ils demandent de «Rentrer chez eux »! Hier nous observions une colonne de moto taximan Bamun traverser la ville de NSIMALEN comme des déportés de Guinée Équatoriale, pourtant ils sont chassés de Sangmelima, une ville de leur propre pays!

MERCI SANGMELIMA LA BELLE, TU VIENS ICI DE DÉCRÉTER LA JUSTIFICATION DU FÉDÉRALISME AU CAMEROUN

Vos fils et filles ne croient plus au «Cameroun un et indivisible»! Votre «vivre ensemble» n’est qu’un slogan politique pour imposer à vos villes du Sud 100% au RDPC dans la fraude et maintenir le régime a vie au pouvoir depuis 37 ans, alors que vos jeunes croulent dans la pauvreté et la misère exactement comme dans le reste du Cameroun.

Nous rappelons à la communauté nationale et internationale cette réalité tribaliste au Cameroun non pas pour exiger une revanche contre vos communautés, mais juste pour rappeler l’urgence d’une réforme complète de nos institutions et de la constitution pour refléter cette nouvelle réalité. L’avenir de notre pays est fédéraliste!

RÉGLONS UNE FOIS ET POUR TOUTE LA CRISE ANGLOPHONE ET PASSONS À LA FÉDÉRATION À 10 ÉTATS ET CHACUN POURRA RÉGLER SES PROBLÈMES DE CHÔMAGE ET D’INFRASTRUCTURES

Nous n’avons pas besoin de recourir à la guerre comme dans le NOSO pour fixer ces anomalies. Ceci est une position douée de bon sens que nous comptons réclamer légalement dans le cadre républicain. La fédération ne veut pas dire manque d’unité du pays. Le Nigeria, le Canada, les États Unis, l’Afrique du Sud, l’Ethiopie, l’Inde, la Chine, la Russie, la Suisse entre autres sont des états fédérés sans pour autant perdre leur unité comme pays.

Les Camerounais en ont marre du «tribalisme» et veulent passer à une meilleure organisation de leur pays qui respecte la composition sociologique de celui-ci.

Je m’engage à ne développer aucune haine contre une seule communauté camerounaise, jamais. Le «Bulu» ne sera jamais mon ennemi après ces incidents malheureux. Par contre, je recommande vivement à toutes les communautés qui y ont été attaquées de déguerpir de là  pour aller dans d’autres villes camerounaises où leurs investissements seront appréciés et mieux accueillis. C’est injuste de vivre dans une localité où la sécurité des personnes et des biens n’est plus garantie à cause d’un sentiment de xénophobie comme en Afrique du Sud. Nous recommandons vivement à toutes les communautés qui ont été pillées de faire preuve de tolérance et de ne jamais se lancer dans les actes de vengeance. La meilleure punition pour cette ville xénophobe c’est l’exode général des populations «allogènes» qui ne sont plus en sécurité de ce côté. Le Cameroun a 475 000 kilomètres carrés, c’est une certitude que d’autres villes camerounaises ont envie des investissements des Camerounais qui viennent de partout dans le pays.

Laziz Nchare, New York, le 13 Octobre 2019 - Titre : AM

: Afrique Monde