Nombre total de visites : 4055608
Aujourd'hui : 801
En ligne actuellement : 3

Gabon : ALI BONGO ET LES SIENS CONVOQUÉS PAR LA JUSTICE FRANÇAISE

2019-09-30 23:35:35 - Quand on ne parle pas de ses problèmes de santé, on évoque ses ennuis judiciaires. Le président Ali Bongo qui vient de se rendre dans son village pour retrouver le moral , doit maintenant trouver une parade pour ne pas répondre à la justice française qui fouille dans les biens mal acquis de la famille Bongo en France.

Alors qu’on croyait l’affaire définitivement  close en 2017 par le juge français Roger Le Loire, l’enquête sur les biens mal acquis rebondit comme une balle de tennis et atterrit cette fois-ci sur la table du  juge Dominique Blanc. Une enquête qui aurait conduit d à la convocation de certains héritiers de l’ancien président gabonais, dont le président Ali Bongo en personne . 

Selon La Lettre du continent N° 808  du 25 septembre 2019, le juge français désormais en charge de l’affaire aurait récemment adressé des convocations à plusieurs descendants de feu Omar Bongo. Une procédure qui rentre dans le cadre de la poursuite des investigations sur les biens détenus en France par l’ancien chef de l’Etat gabonais décédé le 08 juin 2009.

Le 30 janvier dernier, plusieurs biens immobiliers appartenant aux Bongo, avaient été perquisitionnés à l’avenue Foch du chic quartier du 8 ème arrondissement de Paris.

Plusieurs éléments ont permis de relancer la procédure, selon William Bourdon, l’avocat de l’organisation Transparency International, constituée partie civile dans cette affaire.

D’abord, une note produite par les parties civiles et adressée au juge. Un document contenant de nouvelles informations sur ce dossier. Et puis, la coopération de certains Etats qui permet, selon l’avocat, « d’identifier de nouveaux comptes bancaires, de nouveaux mouvements financiers et donc, d’établir une cartographie des biens immobiliers suspectés d’avoir été acquis par des moyens illicites ».

La justice française, au regard de ces nouveaux éléments, a donc décidé de convoquer les héritiers de feu Omar Bongo. Et quand on parle d’héritiers de l’ancien président gabonais, c’est d’abord son successeur testamentaire, Ali Bongo.

Il convient de souligner que les associations Transparency International et Sherpa s’étaient constituées partie civile à l’encontre de deux autres chefs d’État dont Omar Bongo Ondimba. Elles remettaient en cause  les conditions d’acquisition d’un important patrimoine immobilier et mobilier en France. Contrairement au Gabon où Ali Bongo fait et défait les juges avec un stylo, en France, il ne jouit d’aucun pouvoir et devrait laisser la justice suivre son cours.

Par CF

 

: Afrique Monde