Nombre total de visites : 4055592
Aujourd'hui : 785
En ligne actuellement : 2

LE FAINÉANT PAUL BIYA DU CAMEROUN PORTÉ DISPARU À L’ONU

2019-09-24 22:25:10 - Parti clandestinement de Yaoundé par hélicoptère à Mvomeka’a  pendant que les Camerounais suivaient son discours en direct, Paul Biya avait décollé du petit aéroport de son village nuitamment à bord d’un avion de 20 places et une garde restreinte pour la France. Alors qu’on l’annonçait en Suisse, puis les États-Unis, le chef d’État camerounais a disparu de la circulation.

Attendu de pieds fermes par les Brigades Anti-Sardinards des États-Unis et de l’Europe, Paul Biya n’a pas pris part à  l’ouverture de l’assemblée générale de l’ONU dont les débats ont démarré ce mardi à  9h 00 à New-York. Pourtant, le Cameroun, poids lourd de l’Afrique centrale et pays membre de l’assemblée générale des Nations-Unies, est au coeur de l’évènement pour le maintien de la paix et la sécurité internationales.

Bien plus, le pays naguère havre de paix de la sous- région, est frappé depuis trois ans  par une crise sociopolitique qui a déjà fait plus de 2000 morts et a des répercussions  tant sur le plan national, régional  qu’international. Paul Biya, annoncé à New-York et programmé pour une intervention relative à cette crise  à l’assemblée générale, n’a toujours pas donné signe de vie. Où se trouve-t-il?

Pendant ce temps, malgré le discours et l’appel au dialogue national du chef d’État camerounais, les violences sont montées d’un cran dans les deux régions anglophones. Le 20 septembre 2019, aux environs  de 5 heures du matin, des coups de feu ont retenti  dans plusieurs quartiers de la ville de Bamenda. Des tirs qui, d’après les riverains du quartier administratif,  convergeaient vers l’hôtel Ayaba où était supposé  logé le ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji. L’attaque a duré près d’une heure. En plus, une autre  attaque est survenue toujours à ce weekend du 20. Elle était menée par  des séparatistes qui ont pris en otage des passagers sur la route de Santa à Pk9. Preuves que la guerre fait rage, contrairement aux affirmations du gouvernement qui veut faire croire à l’opinion que la situation est sous contrôle.

Après l’annulation de son invitation au sommet de la paix à Paris et le désistement de son déplacement au Japon, Paul Biya vit désormais comme un prisonnier,  interdit de voyager à l’international  par les Camerounais de la diaspora qui se déploient à travers divers mouvements de contestations, dont la BAS et les Amazones.

Après avoir été viré tel un malpropre de l’hôtel Intercontinental de Genève , la place réservée à Paul Biya risque de rester  vide tout au long de ce grand rendez-vous  international où pourtant devrait être abordée l’examen du conflit en cours et de la situation sociopolitique au Cameroun.

Cette grande absence du chef d’État camerounais est une manière  de céder aux menaces qui se multiplient et s’intensifient au fur et à mesure que le temps passe. Le Cameroun ne sera pas représenté au plus haut niveau de cette grand’messe où ont déjà pris la parole Donald Trump et Emmanuel Macron . Ce qui signifie  que le représentant camerounais en mission ne pourra avoir accès aux entretiens avec les décideurs  de ce monde lors de cette 74 ème session de l’ONU  qui est pourtant vitale, et où se décidera l’avenir du Cameroun dans les coulisses, sans Paul Biya.

Incapable de se déplacer dans les dix régions de son pays, interdit d’effectuer un voyage officiel, devenu un paria dans les rencontres internationales, Paul Biya vit désormais cloîtré entre son bunker du palais d’Etoudi, et celui de son village à Mvomeka’a. Le mandat le plus long de sa carrière politique.

Par CF - Titre : AM

: Afrique Monde