Nombre total de visites : 3981271
Aujourd'hui : 960
En ligne actuellement : 2

Egypte/Cameroun : LES LIONS INDOMPTABLES ET LA FÉDÉRATION CONTINUENT LEUR DÉSORDRE EN ÉGYPTE

2019-07-05 10:45:40 - Les Lions Indomptables sont arrivés les derniers en Égypte, après avoir déclenché une grève pour les primes peu avant leur départ au Caire. Si la CAF respectait ses règlements, ils auraient même pu être disqualifiés. Néanmoins, ils écoperont d’une amende dont le montant n’a pas été dévoilé.

En Égypte, ils ont refusé de recevoir le ministre des Sports et de l’Education physique sous prétexte qu’ils voulaient se concentrer à travailler avec leur staff, mais ils ont accepté recevoir Samuel Eto’o qui n’est pas du staff.
 
Trop sûrs d’eux et passant le temps à danser et poster les vidéos sur les réseaux sociaux, les Lions qui étaient premiers du groupe dès la première journée et même la deuxième rencontre , n’ont finalement pas réussi à  rester premier de leur poule pour rester sur place à Ismailia. Malgré leur aisance lors du premier match contre une faible formation de Guinée Bissau , les Lions Indomptables ont été incapables d’inscrire le moindre but lors des deux dernières rencontres . Ainsi, ils ont été dépassés pour terminer à  la seconde place du groupe, derrière le Ghana.
 
Conséquence, les Lions Indomptables sont obligés de déménager de leur site initial pour aller jouer sous la température caniculaire  d’ Alexandria. Le comité d’organisation attendait la délégation en journée, ensuite en après-midi, puis en début de soirée. Mais le Cameroun ne fait jamais les choses dans les normes professionnelles .
 
Ce sera finalement en plein milieu de nuit, à 2h30, que les Lions Indomptables vont se pointer dans le hall de leur hôtel cinq étoiles,  Tolip.
 
Mais le Comité d’Organisation était  absent des lieux, puisqu’il fallait qu’ils se reposent entre deux longues journées de travail.
 
Très peu de médias étaient présents si bien que leur arrivée n’a pas connu d’effervescence comme leur de leur arrivée au Caire où les supporters avaient dû attendre durant deux jours et deux nuits au terminal.
 
Par CF

: Afrique Monde