Nombre total de visites : 3911087
Aujourd'hui : 449
En ligne actuellement : 3

Suisse : PLAINTE D’UN JOURNALISTE SUISSE AGRESSÉ PAR LA SÉCURITÉ DE BIYA

2019-06-28 14:12:18 - ils se mettent tous sur moi, une dizaine de personne. Je suis molesté, je suis immobilisé, on s’agripe à mes habits…on prend mon porte monnaie…on prend mes lunettes de soleil et on les écrase ADRIEN KRAUSE.

Le journaliste de la RTS a été agressé mercredi à Genève par des probables gardes du corps du président camerounais Paul Biya, devant l’hôtel Intercontinental. Le chef d’Etat africain y séjournerait depuis dimanche.
 
Une dizaine d’opposants au régime de Paul Biya s’étaient rassemblés sur la voie publique, devant l’établissement genevois, dans l’après-midi pour manifester. Sur place pour couvrir l’événement, Adrien Krause, correspondant pour la radio au bureau genevois de la RTS, est témoin d’une charge d’une dizaine d’hommes, qui venaient de sortir de l’hôtel, sur les manifestants.
 
S’il ne peut pas affirmer qu’il s’agissait du service de sécurité du président Biya, il indique que ces personnes avaient des carrures de gardes du corps.
 
Dans cette confusion, le journaliste de la RTS filme la scène. C’est alors que les probables agents de sécurité l’agressent: ils l’immobilisent et lui arrachent son sac, contenant la majorité de son matériel professionnel. Son porte-monnaie et son téléphone portable sont également subtilisés. Les agresseurs retournent alors dans l’hôtel avec toutes ses affaires.
 
Plainte déposée
Après les faits, un négociateur, membre de la brigade de sécurité diplomatique, est dépêché sur place. Après deux à trois heures de négociations, les affaires du journaliste de la RTS lui sont finalement restituées au poste de police, sans aucune destruction.
 
Adrien Krause a porté plainte contre ces individus, qui possèdent probablement une immunité diplomatique. “Ça va être très difficile. J’espère que ma plainte et l’enquête qui s’en suivra permettra d’identifier clairement les personnes qui m’ont agressé et dépouillé en pleine rue à Genève, sur la voie publique”, a-t-il déclaré jeudi dans Forum.
 
LE DFAE intervient
L’agression devant l’hôtel Intercontinental a des conséquences au plus haut niveau. Le Département des affaires étrangères (DFAE) a entrepris des démarches diplomatiques auprès des autorités camerounaises, a appris la RTS.
La Suisse réaffirme à cette occasion l’importance de la liberté d’expression et de la presse. Tout comme le respect des règles dans l’espace publique.
 
Cet incident tombe à un très mauvais moment pour la diplomatie suisse. La Suisse est en effet facilitatrice dans la crise politique que traverse le Cameroun. Le DFAE a même envoyé jeudi un communiqué qui indique qu’une réunion préparatoire a lieu quelque part en Suisse depuis mardi, avec plusieurs groupes de l’opposition. L’objectif est de préparer des futures négociations de paix.
 
Source : RTS INFO

: Afrique Monde