Nombre total de visites : 3911057
Aujourd'hui : 419
En ligne actuellement : 3

Cameroun : Ferdinand Ngoh Ngoh, MINISTRE D’ÉTAT SG DE LA PRÉSIDENCE RAFLE 1,5 MILLIARD DANS LES CAISSES DE CAMWATER

2019-06-16 23:52:48 - Le conseil d’administration de la Cameroon Water Utilities Corporation ( CAMWATER) s’est tenu le vendredi 14 juin 2019 dans la salle des Conseils du troisième étage de son siège sous la supervision du PCA Patrick Kum Bong Akwa, en présence du directeur général Joseph Bolenga et de son adjoint Jean Pierre Bidjocka.

Loin du bilan annoncé, c’est au final un communiqué minimal qui a été servi tel un écran de fumée pour masquer la gabegie de cette société qui engloutit des montagnes de milliards pour des gouttes d’eau boueuse qui coulent à peine des robinets. En un temps deux mouvements, 1 milliard 500 millions de francs ont disparu des caisses de la CAMWATER, selon les documents présentés aux membres du Conseil d’administration. Empêtré et incapable de justifier une telle hémorragie financière, le DG a fini par renvoyer la responsabilité à son mentor Ferdinand Ngoh Ngoh, ministre d’État Secrétaire général à la présidence de la république.
 
Ne touchez pas au beau-frère frère du président de la république. Circulez, il n’y a aucun compte, ni bilan à rendre quand ça concerne Ferdinand Ngoh Ngoh, détenteur de la signature permanente et des attributs du vrai chef d’État du Cameroun, ou alors  présenté comme  le successeur gré à gré de Paul Biya. Et du coup, le Conseil d’administration, sans même valider le bilan, a bouché les yeux sur cette somme vertigineuse débloquée sur un claquement de doigt du jeune prince, pour pondre un communiqué lui offrant une absolution indulgente qui est synonyme d’un quitus.
 
” Le Conseil d’administration s’est attardé sur la situation de l’approvisionnement en eau potable dans les villes et agglomérations de Douala et Yaoundé. Des actions ont été programmées principalement à la station de traitement d’Akomyanda en vue de l’amélioration à court terme de la déserte en eau potable de la capitale. “, renseigne en tout et pour tout le communiqué signé du président du Conseil d’administration.
 
En fait, si le PCA de la CAMWATER Patrick Kum Bong Akwa se lave les mains comme Ponce Pilate, c’est parce qu’il redoute les tirs du ministre d’État Secrétaire général à la présidence de la république  Ferdinand Ngoh ngoh pour lequel le DG roule. En effet, c’est à l’issue d’une  séance extraordinaire de CAMWATER tenue le vendredi 10 novembre 2017, à Douala, sous la présidence de Jérôme Obi Eta que le conseil a nommé Gervais Bolenga, administrateur civil principal au poste de directeur général (DG) de la Camwater, en remplacement d’Alphonse  Roger Ondoa Akoa. Le limogeage de M. Ondoa Akoa avait été déclenché par Ferdinand Ngoh Ngoh pour placer son pion du village.
 
Gervais Bolenga est né en 1972 à Bertoua. Il a grandi avec Ferdinand Ngoh Ngoh à Yokadouma. Il a travaillé sous l’aisselle de Ngoh Ngoh à la présidence de la république. Voilà pourquoi aucune résolution ne peut être prise contre lui par le Conseil d’administration de la CAMWATER.
 
Pas question de faire des choses à moitié. Ferdinand Ngoh Ngoh profite actuellement de tous les pouvoirs qui lui ont été conférés par papy Biya en proie d’Alzheimer, pour placer tous ses proches dans des postes juteux pour se remplir les poches, frères ,amis et subordonnés . Le directeur de CAMAIR CO, c’est lui. Le directeur de la SONARA, c’est encore lui. Le directeur de l’ARMP pour les marchés, c’est toujours lui, lui, lui, partout où il y a le fric et les postes stratégiques
 
Le ministre d’État  Secrétaire général à la présidence a même affecté ses deux nièces  Mireille Ngoh Ngoh et Cathy Ngoh Ngoh comme fonctionnaires diplomates aux deux représentations diplomatiques du Cameroun à l’ONU à New York, et à l’ambassade du Cameroun au DC.
 
Le nom de Ferdinand Ngoh Ngoh apparaît dans tous les transactions  financières mafieuses  en rapport avec les marchés infrastructurels de la foireuse Can 2019. Pilote à bord de la fameuse Task Force, c’est à son niveau que se décidait tout ce qui avait trait aux chantiers de la CAN. Des stades en passant par les voies d’accès, les plateaux techniques des hôpitaux ou encore de la sécurité dans les aéroports. Le 8 août 2017, sur «très haut accord» du chef de l’Etat, c’est Ferdinand Ngoh Ngoh qui  accorda plusieurs marchés  de gré à gré à la fantomatique  société Prime Potomac pour des chantiers de Garoua pour un coût vertigineux  de 26,3 milliards de Fcfa pour la réhabilitation de quelques stades d’entrainement et d’un hôtel.
 
Avec le honteux  retrait de la CAN 2019 au Cameroun , le masque du braqueur des caisses de l’Etat, cousin de la Première dame Chantal Biya  est finalement tombé au point où son dossier est déjà sur la table des enquêteurs du Tribunal Criminel Spécial. On connaît comment ça se termine souvent.
 
J. RÉMY NGONO

: Afrique Monde