Nombre total de visites : 3946330
Aujourd'hui : 903
En ligne actuellement : 4

Sénégal : MACKY SALL ET SON FRÈRE DANS DE SALES DRAPS

2019-06-09 19:56:51 - Le Conseil d’administration de la Caisse des dépôts et consignation (Cdc) va entériner la décision du chef de l’Etat sénégalais de limoger son frère  la semaine prochaine, indique le journal  Le Quotidien qui révèle par ailleurs  qu’Aliou Sall pouvait  également perdre son fauteuil à la mairie de Guédiawaye.

Cette décision prouve que le chef d’Etat sénégalais cherche à se laver les mains dans cette affaire de corruption où est trempé son frère qui avait annoncé qu’il n’avait pas l’intention de démissionner d’une quelconque de ses responsabilités politiques ou administratives. Ce, au grand dam des opposants politiques qui appellent à sa démission ou à son limogeage depuis la révélation de ce scandale de l’affaire Pétro-Tim par BBC.
 
Le président  Macky Sall est sous pression pour un reportage de la BBC sur un scandale  de corruption entourant les riches ressources gazières offshore du Sénégal.  Les accusations visent particulièrement son frère Aliou Sall,homme d’affaires Aliou , mais également  le gouvernement en place est éclaboussé tout comme celui du prédécesseur  de Macky Sall .
 
Le président sénégalais  a déclaré mercredi qu’il demandait que « la vérité soit rétablie ». Toutefois, Macky  Sall a demandé des preuves à ceux qui accusent son frère de fraude. Un porte-parole du gouvernement a aussi rejeté l’allégation selon laquelle la population sénégalaise aurait été escroquée par des milliards de dollars par l’industrie du gaz, ajoutant que le reportage de la BBC était  « truffé d’allégations graves et fausses ».
 
La BBC  rapporte que ,m le frère du chef de l’ Etat Macky Sall avait accepté de l’ argent de l’homme d’ affaires Frank Timis. Ce dernier aurait bénéficié  d’une intervention du gouvernement pour  deux concessions pour des champs de pétrole et de gaz récemment découverts au large des côtes du Sénégal.
 
Selon le rapport de la BBC, un mandataire du gouvernement Sall aurait dû recommander à l’homme d’affaires Timis de perdre à nouveau les concessions. Néanmoins, il les a conservés et pourrait finalement les vendre pour 250 millions de dollars à la compagnie pétrolière britannique BP .
 
Toutes les parties nient les actes répréhensibles.
 
Cependant  la BBC montre dans son reportage que le frère du président aurait signé un contrat de consultation avec la société Timis portant sur plus de 1,5 million de dollars sur cinq ans. Le contrat aurait dû être subordonné au maintien des concessions par la société Timis. Un autre accord entre une société Timis et BP prévoit également des redevances pouvant aller jusqu’à 12 milliards de dollars pour la promotion réussie de l’essence à partir de 2020.
 
Dans une réponse écrite à l’émission, Timis Corporation a déclaré que les allégations étaient « complètement fausses ». L’octroi de concessions par le gouvernement du président Abdoulaye Wade de l’époque était un « investissement à haut risque ». Avec « la volonté et l’expérience de M. Timis », les concessions ont maintenant le potentiel de « générer des milliards de dollars de bénéfices pour les résidents sénégalais ».
 
Timis a déjà attiré l’attention sur des marchés de produits de base dans des pays africains, notamment en Sierra Leone .
 
Comme Timis, Aliou Sall et la compagnie pétrolière britannique BP, à la demande de la BBC, nient que des pots-de-vin aient pu jouer un rôle dans la transaction.
 
Aliou Sall a également déclaré à la BBC que les allégations étaient « complètement fausses ». BP a également informé le radiodiffuseur que tous les contrats avec les sociétés Timis avaient été contrôlés du point de vue de la sécurité éthique et juridique.
Pour Sall, la soi-disant affaire Petro-Tims est délicate, car il avait déjà assuré lors de sa campagne électorale de 2012 de lutter contre la corruption .
 
Alors que le ministre-conseiller et chargé de Communication du Palais doute de l’existence du rapport de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) sur le contrat de Petro-Tim, qui selon lui, ne serait pas le résultat d’une lettre de mission du président de la République, les conclusions dudit rapport ont été consultés par des confrères sénégalais de pressafrik. Ces dernières accablent également  l’ancien ministre de l’Energie Karim Wade, l’ancien Directeur général de Petrosen Ibrahima Mbodj, le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, le chef de l’Etat Macky Sall. Ça brûle !
 
Par CF
 

: Afrique Monde