Nombre total de visites : 3946331
Aujourd'hui : 904
En ligne actuellement : 2

Cameroun : Ces Victoires Graduelles de la Diaspora, de plus en plus Visibles au Cameroun

2019-06-05 20:31:14 - Les quelques sorties sporadiques de quelques membres du régime qui font le bruit d'un pétard mouillé, ne trompent plus personne car on se rend très bien compte que ces faux flamboyants qui clignotent comme des lucioles le soir venu, sont en train de subir la pression contraignante de la Diaspora Camerounaise. La diaspora et les Camerounais sont tellement concentrés sur l'idéale incontournable du changement qu'on en vient à oublier ces petites victoires graduelles qui constituent les marches en escalier vers la libération du Cameroun.

En restant dans une logique des bilans de l'action de la diaspora Camerounaise, le nombre de petites victoires au Cameroun s'accumulent. L'encouragement de la diaspora au peuple Camerounais a été illustré par le maintien de la marche du 1er Juin :
 
-    Les Camerounais ont réintégré le fait que marcher est un droit constitutionnel.
 
Les marches sont non seulement un droit mais elles doivent être encadrées par les forces de l'ordre au lieu  que celles-ci tirent sur les manifestants. La Diaspora est intransigeante sur cette exigence.
 
-    Les rétropédalages des pontes du régime se multiplient.
 
Sous les feux des critiques grandissants de la diaspora, les pontes du régime s´exercent au rétropédalage. Il ne se passe plus une semaine sans qu´un membre du régime ne fasse une annonce pour renier une déclaration ou pour préciser que ses propos ont été déformés ou sortie du contexte. Donc, désormais, nous n´entendrons plus les fameux  « Américains voyous », « juifs radins », « Dieu est un génocidaire », etc.
 
-    Les déclarations de faux comptes tweeter ou Facebook.
 
Les membres du régime ont maintenant compris que l´aiguille de la boussole tourne en fonction de la position du Nord et que les images et les vidéos qui sont enregistrées parleront le moment venu. Il semblerait que les membres de la diaspora soient aussi documentalistes que les services secrets étrangers, d´où l´idée de se dédouaner en évoquant des faux comptes Facebook et Tweeter. C´est le « coming out » à la mode en ce moment au Cameroun. Chaque semaine, un ministre, un directeur ou un président de parti de la mangeoire annonce que son compte Facebook ou Tweeter n´est qu´un faux. Même le locataire d'Etoudi a arrêté ses tweets pour éviter d´assumer le mot dialogue, on ne sait jamais.
 
-    Les mentors du RDPC n'osent plus venir sur des plateaux et tant mieux.
 
Tant mieux car ils n'arrivent plus à ouvrir la bouche sans tomber dans les monstruosités ou des âneries du style qu´en 2019 le Camerounais peut vivre avec 36000 franc CFA, il faut effacer les anglophones de la planète ou encore l´anéantissement des Anglophones ne m´empêche pas de boire mon "vain" blanc, etc. En tout cas les seconds couteaux qui se présentent sur les plateaux ont l´obligation de dire qu´ils ne parlent pas au nom du RDPC.
 
-    Les agents de l'état  RDPC admettent maintenant sur les plateaux que le régime de Yaoundé garantit les intérêts de la France, comme par opposition aux membres de la Diaspora. D'autres vont plus loin, en admettant que le régime fait des déclarations qui n'ont rien voir avec ce qui se passe sur le terrain.
 
-    Le soulagement des journalistes Camerounais.
 
S´il y a un seul corps professionnel qui doit remercier la diaspora, alors c´est celui des journalistes. Les journalistes redoutaient l'après 1er Juin car ils avaient affuté tout un argumentaire pour justifier le mitraillage des manifestants par des balles irréelles, des balles non létales, balles non blessantes, des balles écrasantes ou encore des balles caressantes. La retenue des forces de l'ordre sous la pression de la BAS et la diaspora a été un soulagement pour les journalistes qui se sont contentés de dire que les marches n'étaient pas autorisées, alors que nous ne sommes pas sous le régime des autorisations.
 
-    L´interdiction de sortie du territoire des ministres.
 
Si la BAS continue à mettre la pression sur ce régime, les enseignants et les maires vont bientôt remercier la diaspora. Le premier ministre Ngute, conscient de la menace de la BAS, avait pris les devants en interdisant les voyages inutiles des ministres à l´Etranger, leur empêchant d'aller dépenser l'argent des Camerounais à l'étranger. Avec un peu de lucidité, les conséquences se profilent à l´horizon. Par exemple L'OBC (l'Office du Baccalauréat du Cameroun) annonce l'indemnisation des correcteurs d'examens de 2014 à 2019. Les Mairies vont recevoir un milliard de plus pour leur budget de développement.
 
La liste de ces micro victoires est longue. Merci à la Diaspora Camerounaise à travers le Monde qui porte mieux les souffrances de notre pays.
 
Leur engagement nous honore. Comme nous venons de le décrire, de plus en plus de Camerounais ressentent indirectement les bénéfices de leurs actions et les Camerounais recommencent à afficher la fierté de leur pays, une manie qu'ils avaient abandonnée à la barbarie. Ce qui est extraordinaire c'est que les membres du RDPC figurent de façon inéluctable dans la liste des bénéficiaires de ces actions de la diaspora.
 
Par Douala Ngando

: Afrique Monde