Nombre total de visites : 3880505
Aujourd'hui : 252
En ligne actuellement : 3

Cameroun : Le nouveau président Ferdinand Ngoh Ngoh s'entretient avec des investisseurs libyens

2019-05-26 23:26:02 - Délégataire permanent de signature avec prérogative de discriminer des dossiers pouvant être portés à la connaissance du président supposé élu le 22 octobre par le Conseil Constitutionnel, le président actif de la République du Cameroun, Son Excellence Ferdinand Ngoh Ngoh,   a eu un entretien jeudi dernier avec des investisseurs libyens du secteur pétrolier. 

Une révolution en matière de coopération afro-africaine qu'impulse le nouveau chef de la junte au pouvoir au Cameroun depuis que sous les apparences de l'ancien président, Paul Biya, il a renversé et mis en prison le président élu, Maurice Kamto.  Car désormais, le Cameroun qui s'est toujours complu dans des relations ("gagnant-gagnant") avec les puissances européennes (France, Royaume Uni, Allemagne, Suisse, Italie, Russie…) américaines (Etats-Unis, Brésil, Canada, Cuba …) asiatiques (Chine, Inde, Japon, Corée du Nord, du Sud, Turquie, Israël,  Iran Syrie, Liban…)… peut commencer à songer à des relations de pays en plein chaos à pays en chaos plein. A la nuance ici que le chaos libyen plus ancien et plus dévastateur, n'empêche  pas les concitoyens de Mouammar Kadhafi  d'aller investir dans les pays africains. Contrairement au chaos camerounais qui, quoique débutant, empêche déjà ce pays de réaliser ses propres simples projets intérieurs autoroutes. 
 
Pis encore, un chaos qui ne dure que depuis environ 2 ans et demi avec le déclenchement de la crise anglophone qui a connu un pic avec la crise postélectorale, mais qui fait que l'on ne sait plus qui est qui ici, depuis que le "dieu" de la République s'est mis en vacances prolongées, laissant à ses "anges" le soin de se démerder avec le Cameroun.
 
Illustration, dans un pays qui dispose de tout un Premier ministre, d'un ministre des Mines et des Industries, d'un ministre de l'Energie, d'un ministre du Commerce, d'une Société nationale des Hydrocarbures, on va quand même jusqu'à obliger un ministre d'Etat Secrétaire Général de la présidence qui a déjà fort à faire avec une administration présidentielle très chargée, de recevoir des investisseurs libyens au Palais de l'Unité pour discuter du développement d'un groupe  étranger qui fait dans la distribution et la commercialisation des produits pétroliers et du gaz.
 
Source : agencecamerounpresse.com
Youssouf Mbouombouo
 

: Afrique Monde