Nombre total de visites : 3912514
Aujourd'hui : 248
En ligne actuellement : 2

Togo: Faure Gnassingbe veut faire ses 25 ans au pouvoir à tout prix

2019-05-12 15:07:51 - Arrivé au pouvoir en 2005 après des élections qui continuent de constituer une curiosité historique aux yeux des observateurs et analystes politiques, Faure Gnassingbé pourra bien briguer un, voire deux mandat(s) supplémentaire(s) après celui qu'il avait décroché en 2015 et qui s'achève l'an prochain. Ainsi en ont décidé les députés élus sous la bannière de son parti, l'UNIR  et de ses alliés dont l'UFC de Gilchrist Olympio, qui ont décidé que la nouvelle loi votée le 8 mai limitant à deux les mandats présidentiels, ne peut pas lui être appliquée. 

Son père avait régné 39 ans sur le Togo, s'offrant même le luxe de mourir dans un avion médicalisé. Lui, vient de modifier la constitution du Togo, s'octroyant  deux mandats supplémentaires qu'il ne manquera pas de décrocher, sauf avis contraire et très dissuasif de la rue.
 
 
L'ancien caporal Eyadema, chef d'Etat de la république banania du Togo
 
Les deux mandats que compte s'offrir Faure Gnassingbe, président héritier et 2ème de la  dynastie  Gnassingbe Eyadema sont enrobés dans une loi à première vue bénéfique pour  un processus démocratique togolais qui ne demande qu'à se débarrasser de la famille de l'ancien caporal devenu Général Eyadéma, qui le tient prisonnier depuis l'assassinat de Sylvanius Olympio en 1963 et le renversement de Nicolas Grunitzki en 1967. La loi en question limite finalement à deux,  de cinq ans chacun, les mandats présidentiels à effectuer par un seul et même individu.
 
Sauf que pour contrebalancer l'espoir suscité par l'introduction de la clause limitative des mandats présidentielle, les députés togolais récemment élus (tous sous la bannière de la majorité présidentielle) profitant de l'absence de l'opposition qui avait boycotté le scrutin de  février dernier, ont décidé  que les mandats déjà effectués par l'actuel président depuis 2005  et celui en cours qui s'achève en 2020 ne seront pas pris en compte dans l'application de la nouvelle loi, au nom du principe de non rétroactivité de la loi.  
 
En d'autres termes, le successeur d'Etienne Gnassingbe Eyadéma,  pourrait  rester au pouvoir jusqu'en 2030, et totaliser 25 ans de pouvoir..
 
Ndam Njoya Nzoméné

: Afrique Monde