Nombre total de visites : 3912526
Aujourd'hui : 260
En ligne actuellement : 2

Tunisie : Des Français armés détenus en Tunisie. 3 versions des événements (Al Jazeera)

2019-04-27 17:12:44 - La Libye, la France et la Tunisie ont toutes des récits différents sur les Européens arrêtés après être entrés avec des armes. Les autorités tunisiennes ont arrêté 13 citoyens français munis d'armes et de passeports diplomatiques alors qu'ils tentaient d'entrer dans le pays depuis la Libye voisine la semaine dernière.

Dans un autre incident, le ministère de la Défense a déclaré que 11 personnes de nationalités européennes différentes avaient également tenté d'entrer dans les eaux tunisiennes depuis la Libye dans deux canots pneumatiques.
 
Depuis les incidents, plusieurs explications ont été données par les pays concernés, y compris des allégations selon lesquelles les hommes aideraient le commandant militaire libyen Khalifa Haftar, dont les forces ont tenté ce mois-ci de prendre la capitale, Tripoli.
 
La bataille pour la ville contre les troupes du gouvernement libyen d'accord national (GLAN), reconnu par l'ONU, fait toujours rage.
 
Al Jazeera, qui a obtenu des copies des passeports diplomatiques des 13 ressortissants français, a interrogé des sources des trois pays impliqués dans l'incident. Voici leur récit des événements.
 
Version libyenne
 
Selon des sources libyennes, les Français armés brièvement détenus en Tunisie étaient des spécialistes militaires stationnés sur la base aérienne d'al-Watiya, dans l'ouest de la Libye, qui est utilisée par l'armée nationale libyenne de Haftar.
 
Après l'attaque de la base aérienne par les forces du GLAN, les 13 citoyens français se sont enfuis en Tunisie par voie terrestre - franchissant illégalement la frontière - pour rejoindre l'île tunisienne de Djerba, d'où ils avaient l'intention de se rendre en France, selon des sources.
 
Les Français, armés et munis de munitions, ont été arrêtés à la frontière après que les autorités tunisiennes eurent découvert qu'ils étaient armés. Mais après une intervention de hauts responsables, les ressortissants français ont été escortés à l'aéroport de Djerba et sont partis pour la France, selon des sources.
 
Version tunisienne
 
Radio France Internationale (RFI) a cité une source anonyme du bureau de la présidence tunisienne qui a déclaré que les Français et les autres Européens arrêtés au poste frontière libyano-tunisien de Ras Jedir étaient des agents de renseignement et non des diplomates comme l'a déclaré la France.
 
La source tunisienne a exprimé sa consternation devant le comportement de l'Européen, le qualifiant de violation de la souveraineté tunisienne, ajoutant que Djerba était devenue une "zone de transit" pour les agences de renseignement étrangères.
 
Mais Saida Qarash, porte-parole de la présidence tunisienne, a démenti le rapport de RFI, affirmant que l'organisation de presse avait suivi l'article sans le confirmer auprès d'une autre source officielle. Elle a déclaré que la question des "diplomates européens" était réglée par les voies juridiques et diplomatiques.
 
Le ministère tunisien des Affaires étrangères avait précédemment cité les ministres de la Défense et de l'Intérieur qui avaient déclaré que les 13 Français munis de passeports diplomatiques avaient été fouillés et leurs armes et munitions confisquées, conformément à la procédure légale.
 
Version française
 
Une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a nié lors d'un appel téléphonique avec Al Jazeera que les 13 ressortissants français étaient membres des services de renseignements français.
 
Elle a déclaré que les hommes faisaient partie de l'équipe de sécurité de l'ambassade de France à Tripoli.
 
Elle a indiqué que les mouvements de l'équipe de sécurité étaient coordonnés avec les autorités tunisiennes et  auqu'elles étaient courant que des membres de l'ambassade de France en Libye voyageaient entre les deux pays.
 
Cependant, Mustafa Fetouri, un universitaire libyen basé à Paris, a mis en doute l'explication officielle française de l'incident frontalier.
 
"Cet incident particulier n'est pas très clair. Les Français prétendent qu'ils sont les gardiens de l'ambassade à Tripoli, mais le bâtiment lui-même est fermé - il n'y a pas d'opérations. Ce n'est que récemment que le gouvernement français a autorisé ses employés, y compris les services d'aide, à rentrer en Libye. Cela n'a pas de sens de dire qu'ils sont les agents de sécurité de l'ambassade", a déclaré Fetouri à Al Jazeera.
 
Mais il a ajouté : "Cela n'a pas non plus de sens de dire qu'ils participent activement à ces opérations en aidant Haftar de l'autre côté, car il aurait été beaucoup plus sûr pour lui de les emmener simplement dans l'est de la Libye, et ils pourraient quitter le pays par avion de là".
 
Traduction SLT avec DeepL.com

: Afrique Monde