Nombre total de visites : 3912533
Aujourd'hui : 267
En ligne actuellement : 2

Cameroun : L’ACTIVISTE BLAISE ESSAMA TRANSFÉRÉ À LA PRISON DE NEW- BELL

 Le célèbre activiste anti-impérialiste Blaise Essama fêtera le 28 avril  son anniversaire dans la cellule R16 de la prison de New-Bell à Douala où il a été écroué.

 
Les forces de sécurité ont interpellé  l’activiste André Blaise le 22 avril 2019 et entendu pendant 48 heures à la Direction de la surveillance du territoire de Bonanjo .
 
La statue du Général Leclerc érigée à la Place du gouvernement sise au quartier administratif de Douala étant  de nouveau sans tête, les soupçons des forces de sécurité se sont immédiatement portés sur l’activiste nationaliste André Blaise Essama, coutumier des faits.
 
Relâché, André Blaise Essama devait collaborer pour remettre en place la tête du colon français. Ne s’étant pas exécuté, il a plutôt posté sur sa page Facebook : ” À chaque peuple, ses filles et ses fils méritants!!! La tête des Français en France , la tête des Camerounais à Bonanjo et partout ailleurs “. Il a de nouveau été arrêté et conduit à la police judiciaire de Bonanjo . Presenté devant le juge de Première instance du Wouri hier, ce dernier a balayé d’un revers de la main les arguments de la défense et a renvoyé l’affaire au 24 mai 2019. Blaise Essama est donc désormais en prison.
 
Voilà  un pays qui se dit indépendant et dont le régime prétend défendre la souveraineté contre les puissances impérialistes, mais qui emprisonne un activiste nationaliste qui demande que justice et reconnaissance soient rendues aux héros indépendantistes, dont Ruben Um Nyobe, qui fut tué par les colons français avec en tête de peloton cet assassin Général Leclerc.
 
Dans tous les pays souverains, les rues portent les noms des héros de l’indépendance. Leurs statues sont érigées dans les carrefours. Leurs oeuvres sont enseignées dans les livres d’histoire . Mais au Cameroun, les municipalités, les forces de sécurité et les magistrats préfèrent protéger les monuments des colons qui ont tué Douala Manga Bell, Martin Paul Samba, Um Nyobe , Félix Moumié, Ernest Ouandié, Ossendé Afana et plus d’un million quatre cent mille Camerounais.
 
Le Cameroun est d’ailleurs le seul pays africain qui ne fête jamais son indépendance obtenue dans une mare de sang. Paul Biya préfère plutôt fêter le 20 mai qui représente l’avènement de la république Unie du Cameroun. Or, depuis 1996, à la demande de la France, on a abandonné la république Unie du Cameroun pour retourner à la république du Cameroun, nom que portait le Cameroun francophone avant l’indépendance.
 
L’arrestation et l’emprisonnement du nationaliste Blaise Essama pour avoir décapité la tête de la statue d’un colon français , prouve que le Cameroun est encore sous tutelle de la France avec son sous-préfets Paul Biya. Et c’est le même Paul Biya qui demande aux Camerounais d’aller se battre contre les Américains et les Européens pour préserver les intérêts…français au Cameroun !
 
J. RÉMY NGONO

: Afrique Monde