Nombre total de visites : 3880582
Aujourd'hui : 329
En ligne actuellement : 3

Chute de Omar El-Bechir : Depuis Khartoum, une Soudanaise appelle les Camerounais à suivre l'exemple de son peuple ( Cette dame a raison, mais c'est mal connaître la sale mentalité des Camerounais, nombrilistes et corruptibles jusqu'à la moelle épinière, les Camerounais n'aiment pas travailler a la sueur de leur front, ils préfèrent venir jouer aux intellos en essayant de prendre une place sur le travail de quelqu'un d'autres (vie associative) dans un tribalisme orchestré par Paul Biya) ils attendent que les occidentaux viennent ( les americains) faire le job pour eux, certainement pas la France hypocrite, qui n'est plus la bienvenue au Cameroun.Par contre les Camerounais sont incapable de boycotter les produits venant de France, et passent leur temps a faire la queue pour obtenir un visas pour la France, drôle de mentalité.

2019-04-13 15:34:43 - A un moment crucial de son histoire, le peuple soudanais enfin débarrassé de son bourreau, a pensé à un peuple frère d'Afrique : le peuple camerounais, lui aussi enserré dans les serres d'une dictature sanguinaire qui le tient en respect depuis 37 ans. L'émouvant message de solidarité fuse des lèvres d'une femme admirant le spectacle des ministres du régime fraîchement tombé sous les assauts des manifestations qui durent depuis quatre mois d'un peuple déterminé qui sait ce qu'il veut.

« Voici les ministres qui s'enfuient… ». « Le ministre est en train de s'enfuir. ». « Ceci est un message sans ambigüité pour les Camerounais : Ce qui s'est réalisé aujourd'hui au Soudan peut aussi se réaliser au Cameroun. ».
 
Ce message est crié à tue-tête par une Soudanaise depuis Khartoum. 
 
On y voit une jeune dame au comble de l'exaltation après la chute du dictateur qui dirigeant le pays d'une main de fer depuis 1989, et qui donnait l'air d'être indéboulonnable du fait du soutien contre-nature de l'armée qui préférait depuis le temps que cela dure, se ranger du côté de l'homme fort plutôt que du côté du peuple. 
 
Ce message est lancé jeudi, alors que le Directoire du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun de Maurice Kamto vient d'annuler ses meetings programmés sur l'ensemble du territoire pour le 13 avril, mais interdits par le ministre camerounais de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji, qui menace de suspendre ou de dissoudre ce parti, s'il tente d'organiser une manifestation pacifique, de manière à le pousser dans la clandestinité, pour mettre le pays sous Etat de guerre comme ce fut le cas il y a trois ans avec les meneurs des revendications pacifiques anglophones.
 
Le MRC a reporté les meetings à une date inconnue, le temps que le juge administratif qu'il  a saisi se prononce sur l'illégalité de la mesure ministérielle d'interdiction, et l'incompétence du ministre relativement au fait même d'interdiction des manifestations publiques, entendu que contrairement à un principe consacré en droit administratif qui veut que qui peut le plus ne puisse pas le moins, l'interdiction des manifestations publiques ressortissant pour l'occurrence des compétences des sous préfets.  
 
Mais de nombreux observateurs pensent que si les Camerounais (dont il ne fait plus de doute qu'ils sont au moins pour les ¾ acquis à l'opposition ou sont hostiles au régime) étaient déterminés à se libérer du joug de l'oppression, ils n'auraient nullement besoin d'attendre que l'administration les autorise expressément à manifester leur mécontentement pour le faire, car personne au monde n'attend que son bourreau lui délivre une licence pour crier contre lui, de même qu'aucun oppresseur ne peut donner une telle opportunité à ses victimes au risque d'ouvrir la boite de Pandore. Les exemples des peuples algérien et soudanais sont encore frais dans les mémoires. 
 
Oscarine Mbezele Mvondo - Titre: AM

: Afrique Monde