Nombre total de visites : 3946336
Aujourd'hui : 909
En ligne actuellement : 2

CPI : Fatoumata Bensouda reine de la magouille interdite de séjour aux Etats Unis. Son visa américain révoqué

2019-04-05 18:54:07 - La procureure principale de la cour pénale internationale (CPI) Fatou Bensouda vient de se voir interdite de séjour aux Etats Unis a appris un journaliste d'IvoireBusiness jeudi de source proche de l'administration Trump.Information confirmée par l'agence de presse Reuters dans une dépêche publié le 04 avril 2019.

« US revoke s ICC prosecutor's entry visa over afghanistan investigation », indique la dépêche de Reuters dont la traduction en français est : « Le visa d'entrée sur le sol américain de la procureure de la CPI concernant ses enquêtes sur les crimes commis en Afghanistan, est révoqué par les Etats Unis ».

Comme on le voit, les Etats Unis viennent de mettre à exécution leurs menaces contre la CPI concernant leurs enquêtes commis par des citoyens américains en Afghanistan et ailleurs dans le monde.

Les Etats Unis ont également décidé de lancer des poursuites contre les juges de la CPI concernant lesdites enquêtes.

Au niveau de la CPI, on accuse le choc même si on tente de relativiser.

« Nous croyons comprendre que cela ne devrait pas avoir d'incidence sur le déplacement de la Procureur aux États-Unis afin de respecter ses obligations vis-à-vis de l'ONU, y compris des visites régulières et briefings devant le Conseil de sécurité de l'ONU », a réagi le bureau de la procureure Fatou Bensouda.

Cette semaine le 1er avril 2019, sentant la révocation de leurs visas américains venir, le président de la Cour pénale internationale, le juge nigérian Eboe-Osuji, avait supplié les Etats Unis à soutenir la CPI et à signer le statut de Rome.

« La CPI appelle les États-Unis à se joindre à ses plus proches alliés et amis à la table du Statut de Rome et, entre temps, à soutenir la Cour dont les valeurs et les objectifs sont tout à fait compatibles avec les meilleurs instincts de l'Amérique et ses valeurs car les victimes passées, présentes et à venir de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre en ont besoin. Et c'est avec tout le sens de la responsabilité que j'appelle directement les dirigeants des États-Unis à apporter ce soutien à la CPI », avait plaidé le Président Eboe-Osuji.

Il n'a visiblement pas été entendu par le Président américain Donald Trump dont l'aversion pour la CPI est un secret de polichinelle.

Nous y reviendrons.

*Oumou Djeneba,

Correspondante permanente aux Etats Unis

Oumou Djeneba*

: Afrique Monde