Nombre total de visites : 3855122
Aujourd'hui : 1026
En ligne actuellement : 2

France : Le parquet requiert une peine de trois ans de prison et 285 000 euros d’amende contre Dieudonné

2019-04-03 22:03:12 - Le polémiste est jugé à Paris depuis le 26 mars, soupçonné d’avoir détourné à son profit des recettes non déclarées de ses spectacles. Le parquet a requis une peine de trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, assortie d’une amende de 285 000 euros.

« Les faits sont têtus et pour nous, la culpabilité des prévenus », Dieudonné, sa compagne Noémie Montagne et leur société des Productions de la plume, « ne fait aucun doute ».
 
Ce mercredi 3 avril, les deux procureurs chargés de requérir au procès du polémiste, qui a commencé le 26 mars, à Paris, n’ont pas ménagé Dieudonné M’Bala Bala, jugé pour abus de biens sociaux, fraude fiscale ou encore blanchiment et soupçonné notamment d’avoir détourné à son profit des recettes de ses spectacles.
 
Trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, ont été requis à l’encontre de Dieudonné. Les procureurs ont aussi requis contre lui 285 000 euros d’amende et l’interdiction de gérer une société pendant cinq ans.
 
Sursis requis contre sa compagne et amende requise contre la société de production
 
Contre sa compagne Noémie Montagne, dirigeante de droit de la société le parquet a requis 18 mois avec sursis et la même interdiction de gérer. Et 400 000 euros d’amende contre les Productions de la plume pour avoir dissimulé des recettes.
 
« Même s’il n’y a de pire sourd que celui qui ne veut entendre, il ne s’agit pas d’un procès politique », a martelé l’un des procureurs, dénonçant le « positionnement victimaire » des prévenus.
 
La défense, qui estime que l’Etat a téléguidé les poursuites à l’époque où les spectacles de Dieudonné suscitaient une virulente polémique en France, fin 2013 et début 2014, plaidera ce mercredi après-midi.
 
1,4 million d’euros en liquide
 
Tout au long de son procès, commencé mardi 26 mars, l’humoriste controversé, condamné à de multiples reprises pour ses sorties antisémites, a opposé au tribunal correctionnel son droit au silence en le renvoyant vers ses avocats, tout en se disant « innocent » de ce qui lui est reproché.
 
Les investigations, déclenchées en 2013, ont mis au jour quelque 1,4 million d’euros en liquide accumulés entre 2009 et 2014 par le polémiste de 53 ans, qui se disait à l’époque ruiné et insolvable, et ses proches.
 
Devant le tribunal correctionnel de Paris, la compagne de Dieudonné a elle aussi opposé son droit au silence, se disant « innocente ».
 
Le silence, « un choix de défense »
 
Dieudonné s’était montré plus loquace avant le début du procès, tablant sur « un déroulé sans faute jusqu’à la fin ».
 
« Je ne suis un exilé ni politique, ni fiscal, je suis un patriote de l’impôt », avait-il affirmé. « Ces dernières années, on s’est fait jeter des banques, condamner à une situation qui va être parfaitement expliquée » à l’audience, avait-il ajouté.
 
Invoquer ce droit au silence, « c’est un choix de défense, lorsqu’on veut être précis, de ne pas laisser place à l’interprétation », a-t-il assuré après la première journée de débat, ajoutant que « c’est quelque chose de très précis, la fiscalité ».
 
ouest-france.fr
 

: Afrique Monde