Nombre total de visites : 3855121
Aujourd'hui : 1025
En ligne actuellement : 4

Cameroun : Biya d'accord pour une rencontre avec Kamto ? Oui, mais en catimini !

2019-03-27 00:29:50 - C'est la nouvelle donne à ne pas éluder d'une tragédie camerounao-camerounaise en plusieurs actes.  Pour ne pas fâcher son camp, qui a fanfaronné ces derniers jours à la suite de l'annonce par Kamto de sa disposition en tant que président élu à discuter avec celui qui a confisqué sa victoire, en affirmant que le président ne pouvait pas descendre de ses hauteurs pour se mettre de plain-pied avec un « citoyen comme tous les autres ».

Après avoir eu sa conscience particulièrement martelée ces  trois derniers mois par la communauté internationale, les organisations nationales et internationales des droits de l'homme et autres, le "président" camerounais Paul Biya, pourrait avoir décidé de reprendre la main dans l'affaire de répression sauvage par son régime des oppositions politiques et sociales en cours dans le pays.
 
C'est ce que l'on peut déduire de la rencontre informelle d'une demi-heure environ entre un émissaire de la présidence et Maurice Kamto ce mardi dans le bureau du juge de la Cour d'Appel du Centre où le candidat officiellement classé 2ème de l'élection présidentielle de 2018 et ses principaux alliés (Christian PENDA EKOKA, Albert DZONGANG, Paul Éric KINGUE, Pr. Alain FOGUE, Célestin DJAMEN, et Gaston Serval ABE alias "Général VALSERO") comparaissaient pour défendre leur demande de remise en liberté rejetée le 7 mars par une juge du Tribunal de Grande Instance du Mfoundi.  
 
Selon une source largement relayée par les médias, et dont on ignore encore tout des motivations de ce qui ressemble à une fuite, l'audience de ce mardi 26 mars 2019 à la Cour d'Appel ne s'est pas passée comme prévue,  les appelants détenus à la prison principale de Kondengui, n'étant pas sortis tous au même moment pour le tribunal. 
A en croire l'informateur, « Le président Kamto a été extrait seul pour aller rencontrer le juge. A notre grande surprise, il s'est retrouvé au bureau du juge avec un émissaire de la présidence de la République. Cette rencontre a duré moins de 30 minutes. Ce n'est qu'après que les autres détenus ont été reçus tous au même moment par le même juge, cette fois-ci sans l'émissaire de la présidence ».
 
Bien sûr, la teneur de l'entretien qui aurait eu lieu reste confidentielle. Comme celle de la rencontre entre Paul Biya et le Sous-secrétaire d'Etat américain aux Affaires Africaines, Tibor Nagy, dont tout le monde sait que la venue au Cameroun était strictement liée à l'affaire de l'arrestation de Maurice Kamto de ses partenaires politiques et de ses militants, ainsi que l'aggravation de la crise anglophone.
 
Simple coïncidence ? Difficile à dire. Mais beaucoup y voient le signe d'un début de détente à mettre cette fois-ci à l'actif de Paul Biya qui répondrait ainsi à la main tendue de son adversaire et successeur dont il a confisqué la victoire (probablement malgré lui), dans le but de ramener un zeste de sérénité au Cameroun où, plus que la crise anglophone qui a déjà fait des milliers de morts civils et militaires, de blessés, de centaines de milliers de refugiés et des centaines de villages incendiés par l'armée, sans oublier des édifices publics incendiés aussi par les groupes armés sécessionnistes, et les activités complètement en berne, cristallise les attentions, étant entendu que l'élection de Maurice Kamto représentait le seul espoir de résolution pacifique du conflit historique qui oppose les séparatistes  anglophones et le gouvernement central de Yaoundé, qualifié par eux d'assimilationniste. 
 
Oscarine Mbezele Mvondo

: Afrique Monde