Nombre total de visites : 3858696
Aujourd'hui : 568
En ligne actuellement : 5

Enigmes et insolites en FrançAfrique : Dramane Ouattara sommé de rester au pouvoir en Côte d'Ivoire (sinon c'est la cour pénale pour indigènes (CPI)

2019-02-16 14:09:12 -L'interview que vient d'accorder M. Ouattara à une chaine Française a surpris plus d'une personne. Ouattara a été le premier surpris par cette question du journaliste par rapport à M. Ocampo. La réponse de Ouattara va surprendre tous ceux qui suivent l'actualité de la Côte d'ivoire depuis quelques années. Mais le message est passé : Si Ouattara ne rempile pas en Côte d'Ivoire pour servir la France, il sera envoyé à la CPI. A moins que les Ivoiriens n'en décident autrement.

 L'interview que vient d'accorder M. Ouattara à une chaine Française a surpris plus d'une personne. Ouattara a été le premier surpris par cette question du journaliste par rapport à M. Ocampo. La réponse de Ouattara va surprendre tous ceux qui suivent l'actualité de la Côte d'ivoire depuis quelques années. Mais le message est passé : Si Ouattara ne rempile pas en Côte d'Ivoire pour servir la France, il sera envoyé à la CPI. A moins que les Ivoiriens n'en décident autrement.

Dans cette série baptisée énigmes et insolites en Françafrique, nous nous employons à décrypter l'information de façon simplifiée. Et à notre manière, pour nous permettre de mieux apprécier les enjeux et d'agir à bon escient ou au plus nous éviter de tomber dans des travers qui nous ont déjà couté tant de vies. Et ceci parce qu'il faut toujours le rappeler, la Françafrique est la seule région au Monde, encore en esclavage volontaire, où les citoyens peuvent être amenés à se retourner très rapidement et brutalement contre celui qui vient défendre leur causes.

Dans le cas de l'actualité en Côte d'ivoire, le plus beau rôle est joué cette fois-ci par les medias, aussi bien Français qu'Africains. Les journalistes Français, en Afrique, et nous le savons, se muent en agents secrets, diplomates et surtout transmetteurs de message de la cellule Africaine de l'Elysée. Alors que les Journalistes en Afrique Francophones, affamés par le système du Franc CFA, doivent rivaliser de talents pour jouer leur rôle de caisses de résonnance du message transmis par ces agents secrets. Cette situation est très bien illustrée par les interviews des chefs d'états Françafricains qui sont non seulement rares mais ne se font que face à ces journalistes Français.

Ensuite alors, les medias Africains s'en emparent, comme un trophée fané, pour arroser la population suivant un angle bien précis instruit par le détenteur du Franc CFA. Cette entente mutuelle de ces médias met les tam-tams Africains en branle. En ce moment, les roulements de tambours résonnent dans les entrailles de Ouattara pour l'obliger à se maintenir au pourvoir, comme un refuge, pour ne pas se retrouver à la CPI.

Pour bien comprendre ce qui se passe en Côte d'ivoire, rappelons un peu la chronologie des événements :

-    Monsieur Ouattara était arrivé à la tête de la Cote d'ivoire dans les valises du convoi militaire conduit par la France pour contrer la gouvernance Africaine de la Cote d'ivoire par Gbagbo.

-    La rapidité avec laquelle la Cote d'Ivoire a été mise en coupe, a ouvert la voix à un deuxième mandat et la satisfaction de Paris a ouvert la modification de la constitution pour une présidence à vie.

-    En se souvenant qu'il a crié sur tous les medias du monde qu'il était un démocrate qui ne veut pas s'accrocher au pouvoir, et de ses accords avec ses complices du hold-up contre Gbagbo, Ouattara a essayé de calmer son camp en prétendant qu'il devait passer le flambeau à la nouvelle génération.Un tour de main que Paris n'a pas apprécié compte tenu du grand rendement de M. Ouattara et les incertitudes sur ces fameuses nouvelles générations.

-    Paris va donc lui demander de contourner cette difficulté en mettant tout le monde dans la même sauce, c'est le départ de cette fameuse idée de RHDP, une espèce de RDPC comme au Cameroun. Comme le craignait Paris, ses complices du hold-up contre Gbagbo vont réagir en quittant cette alliance. Ouattara va alors reconsidérer ses promesses à ses complices en sollicitant la médiation de Paris mais cette dernière restera formelle : Il faut aller au casse-croute.

-    Les agitations de Soro et de la fameuse nouvelle génération incitent M. Ouattara à vouloir passer la main pour aller jouir de tous ces milliards engrangés, dans une retraite inqualifiable. C'est pourquoi il va encore évoquer qu'il souhaitait passer la main aux nouvelles générations, ce que Paris n'a pas apprécié une fois de plus. 

-    En guise d'encouragement, Paris va donc conseiller à Ouattara de démissionner Guillaume Soro, qui sera servi à la CPI, au cas où, ce dernier ayant déclaré ouvertement qu'il était le patron de la rébellion.Cette validation n'a passuffi à rassurer Ouattara d'où l'envoi du journaliste Français pour mettre les points sur les « i ».

-    L'interview du Journaliste Français pour confondre Ouattara sur ses liaisons avec Ocampo est un rappel cinglant en direction de Ouattara : Soit tu restes au pouvoir pour servir la France, soit tu iras tout droit à la CPI. En ce sens, la libération de Gbagbo sous conditions faisait déjà partie de cette pression sur Ouattara, pour lui dire si Gbagbo n'est pas coupable, alors ça ne peut être que toi. Cela vous rappelle certainement le loup et l'agneau, l'une des merveilleuses fables de la Fontaine.

Voilà mes chers Ivoiriens et Africains, la lourde condamnation qui pèse sur ce futur « Paul Biya » de Côte d'Ivoire. Pour rappel, tous les meilleurs élèves de la classe en Françafrique sont morts à la tâche, complètement sur les rotules (… , Mobutu, Bongo, Eyadema, Biya…), alors que ceux qui ont refusé de servir la France sont invités à faire valoir leur droit à la retraite en moins de deux ans (…., Sankara, Lissouba, Gbagbo,…). Cela n'est peut-être pas une surprise pour beaucoup d'entre vous mais vous êtes au courant que Ouattara va se maintenir au pouvoir en 2020, sur ordre de Paris. Une fois de plus, c'est celui qui détient l'argent (le Franc CFA) qui donne les ordres et nos chefs d'états ne sont que de véritables marionnettes doublées d'un grand sens et désir de trahison. Et encore une fois, la France, qui est condamnable, est dans son rôle et n'est pas à blâmer sinon cela voudrait dire que nous ignorons véritablementce que c'est qu'un Etat. Il faut donc arrêter d'accabler ce vieux serviteur et prendre des actions pour inverser cet état de chose et éviter de dire  que nous ne savions pas

Par Douala Ngando

: Afrique Monde