Nombre total de visites : 3795944
Aujourd'hui : 713
En ligne actuellement : 3

Cameroun : Mebe Ngo'o en route pour Kondengui pour noyer l'emprisonnement du Pr. Kamto et de ses militants

2019-02-15 21:07:18 - Aux dernières nouvelles, l'audition commencée jeudi par des éléments du corps spécialisé des officiers de Police de l'ancien ministre de la Défense, Edgar Alain Mebe Ngo'o, se poursuivait encore cet après-midi de vendredi, tandis que l'environnement immédiat du Tribunal criminel spécial (TCS) où il était entendu, présentait un aspect digne des jours de descente aux enfers des barons ou ex-barons du régime en place au Cameroun, mieux de départ pour la prison.

En effet, l'ancien ministre qui serait impliqué dans une affaire de malversations financières dans le cadre de l'achat du matériel militaire (effets vestimentaires et autres équipements) du temps où il officiait à la tête du département en charge de l'armée camerounaise, a été frappé fin janvier d'une interdiction de sortie du territoire, signée du chef de la division des enquêtes du Corps spécialisé des officiers de Police, travaillant directement sous l'autorité du Procureur Général Près le TCS. La même interdiction frappait outre deux anciens collaborateurs de l'ancien ministre (le Colonel Mboutou et l'Inspecteur du Trésor Mbangue Maxime Léonard), sa propre épouse, Bernadette Mebe. Toutes choses faisant craindre que pour la première fois, un haut responsable camerounais accusé de détournement se retrouve en prison avec sa compagne.

Des craintes peut-être infondées, puisqu'en fin de journée, Mebe Ngo'o était toujours libre de ses mouvements, alors que la présence de nombreux gendarmes au TCS présageait son arrestation.

Peut-être ce sera pour plus tard, peut-être cela n'arrivera jamais, car on dit de l'homme à qui l'on a longtemps prêté des ambitions présidentielles  qu'il a été presque élevé par  Paul Biya, depuis le temps où ce dernier n'était encore que Premier ministre, tout comme l'actuel ministre des Finances Louis Paul Motaze.   Népotisme oblige, il paraît incroyable que Paul Biya puisse envoyer en prison son "fils".

Des informations  difficilement vérifiables sur les réseaux sociaux   font état de messes noires organisées par certaines personnalités du régime ressortissant de la même région que le chef de l'Etat et Mebe Ngo'o, pour dissuader le premier (en villégiature dans son bled natal de Mvomeka'a depuis quelques jours) de laisser mettre en prison son ancienne pupille, question de ne pas laisser le clan de la première dame conduite par l'actuel ministre d'Etat Secrétaire Général de la Présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh damer le pion au clan du président dans le cadre de la lutte à mort qui se déroule à huis-clos dans le sérail pour la succession du vieux dirigeant. 

Or Paul Biya qui cherchait à noyer l'arrestation de son principal adversaire à l'élection présidentielle, Maurice Kamto, qu'il a fait arrêter et mettre en prison avec des centaines de ses partisans depuis trois semaines, entendait justement laisser roue libre à Ferdinand Ngoh Ngoh, pour qu'il puisse neutraliser Mebe Ngo'o, et ainsi donner à l'opinion publique du  grain à moudre autre que celui  de l'embastillement du véritable vainqueur de l'a dernière élection présidentielle, Maurice Kamto, aujourd'hui derrière les barreaux.

Même la non arrestation de l'ancien MINDEF, participerait de la même manoeuvre de détournement de l'attention  des Camerounais du principal sujet de l'heure qui est le recouvrement de la liberté par ses dirigeants légitimes réduits à l'opposition et arrêtés, observent des connaisseurs du système Biya.

Oscarine Mbezele Mvondo

: Afrique Monde