Nombre total de visites : 3858742
Aujourd'hui : 614
En ligne actuellement : 1

Faux décrets ? Ali Bongo pourtant en exil au Maroc, continue de signer des décrets depuis Libreville !

2019-02-15 15:59:32 - Existe-t-il deux capitales gabonaises dans le monde ? On est en droit de se le demander car Ali Bongo pourtant réputé en exil médical au Maroc depuis son accident vasculaire cérébral le 24 octobre 2018, signe des décrets présidentiels depuis Libreville ! Comme illustration de cette hérésie administrative, un décret qui a fuité, portant « inscription des officiers du service de Santé militaire au tableau d'avancement de l'année 2019 » signé le 6 février !

Ali Bongo vit-il sa convalescence à Rabat comme l'on affirmé depuis des mois les autorités gabonaises ou à Libreville, capitale du Gabon ? Il semblerait qu'Ali Bongo que le commun des gabonais n'a plus revu à Libreville depuis le 15 janvier, lors d'un retour furtif pour la prestation de serment de son nouveau gouvernement, y soit toujours !
 
Alors comment comprendre que pour les décrets présidentiels qu'il ne cesse de prendre depuis son exil marocain, la ville de Libreville soit désignée comme lieu de signature desdits documents ? A moins qu'il s'agisse d'un véritable faux en écritures publiques dont s'est contraint les responsables gabonais pour pallier à « l'indisponibilité » d'Ali Bongo et ses effets néfastes.
 
Le 8e décret pris par Ali Bongo pour le ministère de la Défense...
 
Une cacophonie supplémentaire qui vient s'ajouter à la crise politique et sociale occasionnée par l'absence prolongée du président gabonais dont seuls ses plus proches peuvent attester de sa bonne santé. Le dernier décret en date est donc celui pris ce mercredi 6 février pour l'avancement des militaires affectés au service de santé militaire dépendant du ministre de la Défense, Etienne Massard Kabinda, lui aussi pourtant remercié du gouvernement lors du remaniement du 30 janvier.
 
Un arrêté n°8 contresigné par un ministre de la Défense nationale qui joue les prolongations. Deuxième hérésie du gouvernement Nkoghe Bekale qui en choisissant de procéder à un remaniement avait oublié qu'Ali Bongo rechignait à se rendre désormais dans son pays. Du coup, le Gabon a donc deux ministres de la Défense nationale en plus d'avoir des documents qui engagent la nation signés hors de ses frontières en toute illégalité.
 
C'est là le nouveau visage de l'administration gabonaise clairement handicapée par « l'indisponibilité » d'Ali Bongo et son refus de regagner son pays pour au moins faire fonctionner normalement l'appareil étatique dont il a toujours la charge et la responsabilité de faire tourner. Comme quoi il n'y a pas de vacance de pouvoir, juste deux Libreville et deux ministres de la Défense nationale !
 
Source: info241.com 

: Afrique Monde