Nombre total de visites : 3859649
Aujourd'hui : 250
En ligne actuellement : 1

Cameroun : Maurice Kamto à la prison centrale de Kondengui. s'il arrive quoi que ce soit a kamto, la France hypocrite devra payer les pots cassés. les camerounais n'en ont que cure de son armée qu'il renforce au Tchad et au Gabon pour la surveillance de ses intérêts au Cameroun.les richesses du Cameroun devront d'abord être réservés aux camerounais. si ça pète la France et les français dégageront du Cameroun. nous avons des comptes a régler avec la France au sujet de l'upc

2019-02-13 15:06:40 - Le président élu du Cameroun Maurice Kamto ainsi que plusieurs autres militants du MRC ont été mis en détention provisoire ce 12 février, après une audience au Tribunal militaire de Yaoundé. Avec lui, une centaine de ses partisans arrêtés le 26 janvier.

Après sa cellule du Groupement spécial des opérations (GSO) de la police où il était détenu depuis le 28 janvier, Maurice Kamto sera désormais un pensionnaire de la prison centrale de Kondengui.

Ci-dessous la liste provisoire des personnes arrêtées le 26 janvier dernier:

1 KAMTO MAURICE

2 PENDA EKOKA CHRISTIAN

3 NDZONGANG ALBERT

4 FOGUE TEDOM ALAIN

5 KINGUE PAUL ERIC

6 ABBE ABBE PHILIPPE GASTON 

7 ASSOLEFACK CYRILLE MOMO

8 ANOUMEDEM PIERRE

Près de 200 militants et sympathisants massés à l’extérieur des grilles

Ils ont été immédiatement placés en détention provisoire à la prison principale de Yaoundé. Les 145 autres personnes arrêtées après les manifestations interdites du 28 janvier dernier ont aussi progressivement été notifiées au cours de la même nuit de leur sort. Cette audience s’est déroulée quasiment à huis clos, le tribunal n’ayant toléré pour seule présence que celle des avocats des prévenus.

Près de 200 militants et sympathisants se sont massés à l’extérieur des grilles, mais ils ont finalement été dispersés par les militaires en faction. Pour Emmanuel Simh, avocat des prévenus joint par RFI, cette procédure judiciaire relève du règlement de compte politique.

Lorsqu’on dit qu’on met une personne en prison, le président d’un parti politique, pour avoir organisé une manifestation politique, je me demande à quoi sert un parti politique, s'il ne peut plus manifester dans la rue des opinions politiques. Voilà. Pour nous, ces gens sont des otages du régime, qui essaie d’éliminer un adversaire politique, en utilisant la justice. C’est un colonel de l’armée camerounaise qui joue le rôle de juge d’instruction et c’est lui qui les inculpe. Tous les traités internationaux prescrivent de manière claire que les tribunaux militaires ne peuvent pas juger des personnes civiles. Nous pensons que la justice est purement et simplement instrumentalisée par le pouvoir de Yaoundé, qui, ayant échoué à donner aux Camerounais de meilleures conditions de vie, fait un procès contre le principal leader de l’opposition, aujourd’hui, au Cameroun, qui est Maurice Kamto. C’est un règlement de compte judiciaire qui est fait, alors que cette affaire est purement politique

Emmanuel Simh, avocat des prévenus

Afrique Monde

: Afrique Monde