Nombre total de visites : 3912510
Aujourd'hui : 244
En ligne actuellement : 1

Françafrique. La France abuse dans sa prédation des richesses africaine, il faut qu'elle dégage de l’Afrique centrale. l'italie a raison, le colonisateur bombarde une force de l’opposition au Tchad. la France nous rend xénophobe et surtout anti-français.la France hautaine et arrogante est un cancer en Afrique francophone

2019-02-10 01:08:56 - Une patrouille de Mirage 2000 a arrêté une offensive armée dans le nord du pays. La France engage son armée pour soutenir le président Deby contre ses opposants. 

La France, une nouvelle fois, a stoppé une offensive armée au Tchad, dimanche 3 février. Selon Paris, c’est à la demande du président tchadien Idriss Deby que la chasse française a été engagée.

Une première fois, pour un vol d’intimidation à très basse altitude, une seconde fois, pour frapper la colonne de 40 pick-up qui continuait sa progression.C’est une patrouille de Mirage 2000 qui aurait détruit cette colonne en larguant quatre bombes. L’aviation tchadienne avait essayé de la neutraliser, en vain. C’est pourquoi, Paris aurait pris le relais alors que la colonne, venue de la Libye, avait fait une trouée de 400 km à l’intérieur du Tchad.Si l’armée...

Le grand flou sur la cible

Si l’armée française a communiqué largement sur ce fait de guerre, elle n’a pas pour autant livré l’identité de ceux qu’elle a bombardés. Ni l’armée tchadienne dans le communiqué qu’elle a publié, lundi 4 février, au sujet de cette opération. Qui a été frappé ? « On ne sait rien », répond de N’Djamena, Blaise Djimadoum, de l’Agence tchadienne de presse et d’édition. « L’État cultive le flou sur les opérations qu’il mène dans le nord du pays. Rien ne filtre ici. pour avoir des informations vérifiées, nous devons écouter RFI ».

Un groupe lié au neveu de Deby

C’est sur RFI, justement, que le porte-parole de l’Union des forces de la résistance (UFR), Youssouf Hamid, a affirmé, hier matin, que les Français avaient visé son mouvement : une affirmation qui ne peut pas être vérifiée. « Nous n’avons pas le droit d’aller dans le Nord, il n’y a aucun journaliste indépendant dans cette région », regrette Blaise Djimadoum.

Dirigé par Timane Erdimi, neveu du chef de l’État et membre comme lui de l’ethnie des Zaghawa, originaire du nord-est, l’UFR avait déjà tenté, en février 2006, de renverser Idriss Deby. Et l’armée française s’était interposée pour sauver le président tchadien en pulvérisant les détachements de l’UFR arrivés dans les faubourgs de N’Djamena.

L’intervention française est-elle légale ? (non)

Si c’est le cas, la France serait intervenue, comme le déplore Youssouf Hamid dans « un problème interne qui concerne les Tchadiens ». Or, note sur Twitter Clément Boursin, le responsable des programmes Afrique à l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat), la France et le Tchad sont « liés par un accord bilatéral « d’assistance logistique et de renseignement ». Cet accord autorise-t-il une intervention militaire directe de la France ? »

Autre question. Les Mirage 2000 positionnés à N’Djamena, le sont dans le cadre de l’opération Barkhane, l’opération française lancée le 1er août 2014 contre les groupes « terroristes » du Sahel. Or, l’UFR n’est pas un groupe terroriste de type djihadiste. Il est un groupe armé de l’opposition tchadienne. Est-ce à dire, donc, que la France est en guerre contre ce groupe d’opposition ?

La France otage de Deby

Pour comprendre la raison de l’intervention française dans le jeu tchadien, il faut regarder du côté du Sahel. « Parmi les forces africaines engagées au côté des Français pour lutter contre les djihadistes au Mali, seuls les Tchadiens sont vraiment efficaces. Elles sont indispensables pour Barkhane. Donc, l’Élysée est obligé de soutenir Deby, sans quoi elle prend le risque de voir les contingents tchadiens au Mali rapatriés au Tchad pour faire face aux troubles qui touchent le nord du pays », analyse Christian Seignebos, spécialiste du Tchad, directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). « Le départ des Tchadiens du Mali serait une catastrophe pour les Français. »

Laurent Larcher - titre: Afrique Monde

 

 

: Afrique Monde