Nombre total de visites : 3823457
Aujourd'hui : 819
En ligne actuellement : 2

Répression au Cameroun : Choqué, le Barreau de Paris adresse une motion de soutien à son membre Maurice Kamto

2019-02-08 18:16:35 - S'il est une des casquettes de Maurice Kamto dont on fait plus facilement abstraction, c'est celle d'Avocat. L'arrestation brutale de l'universitaire et homme politique a heurté ses confrères du Barreau de Paris où il est inscrit dans le cadre de l'exerce de sa profession d'avocat, que ceux-ci n'ont pas trouvé mieux que de lui adresser une motion de soutien.

Une pratique qui n'est pas courante dans cette profession de gens libres d'esprit et de parole où la motion de soutien est assimilé à de la glorification servile, mais qui sonne comme un pied de nez  à ceux qui feignent d'ignorer combien grande est la stature de l'empêcheur de prendre le peuple camerounais par-dessous la jambe en rond, alors qu'au fond ils sont  paniqués  au moindre remuement de ses lèvres.
Dans les lignes qui suivent la Motion de soutien des Avocats du Barreau de Paris à leur confrère derrière les barreaux depuis 11 jours déjà.
 
CONSEIL DE L'ORDRE
Motion de soutien à notre confrère Maurice Kamto
 
«Le conseil de l'Ordre des avocats au barreau de Paris a eu connaissance de la détention administrative décidée par les autorités camerounaises à l'égard de Monsieur Maurice Kamto, avocat au barreau de Paris. 
 
Le conseil de l'Ordre entend manifester sa préoccupation sur la situation de Maître Maurice Kamto, détenu dans un cadre administratif, sans qu'aucun juge n'ait ordonné une telle privation de liberté.
 
Le conseil de l'Ordre rappelle que les avocats bénéficient d'une liberté d'exprimer leurs convictions et leurs opinions politiques, dans le respect des principes des Nations-Unies de base relatifs au rôle du barreau.
 
Le conseil de l'Ordre réaffirme son attachement au principe d'indépendance de la profession d'avocat, et rappelle que celui-ci dispose de la liberté d'exprimer ses convictions sur le fonctionnement des institutions de son pays, et de prendre part à des discussions publiques portant sur le droit, l'administration de la justice et la protection des droits de l'homme.»
 
Ndam Njoya Nzoméné

: Afrique Monde