Nombre total de visites : 3912525
Aujourd'hui : 259
En ligne actuellement : 2

Crise anglophone, propos antisémite de Momo : Des Israéliens demandent l'interdiction des ventes d'armes sécurisées vers le Cameroun

2019-02-07 22:51:43 - La guerre en zone anglophone et les récents propos antisémites de Jean de Dieu MOMO  affectent les relations entre le Cameroun et Israël. Selon nos confrères de l'Agence de  Presse Panafricaine, un groupe d'avocats Israéliens inquiets demandent des mesures immédiates pour interdire la vente d'armes au Cameroun après des photos d'armes utilisées par Israël dans le cadre de la guerre brutale menée par le gouvernement contre la population du sud du Cameroun anglophone. Le dictateur camerounais Paul Biya, âgé de 85 ans, est le plus long despote au pouvoir au monde. Il dirige le pays d'une main de fer depuis 1982, peut-on lire dans les colonnes de l'APP.

Voici la lettre adressée hier par l'avocat israélien Eitay Mack à Racheli Chen, chef de l'Agence israélienne de contrôle des exportations de la défense au ministère israélien de la Défense, intitulée « Objet: Demande urgente d'application de l'article 9 de la loi sur le contrôle des exportations de la défense dans le cas de l'unité Bir (Bridade d'intervention rapide, ndlr)  au Cameroun ». C'est un résumé précis, bien que révoltant, de la conduite horrible de l'armée camerounaise:
 
1. Cette lettre est envoyée au nom des défenseurs des droits de l'homme Aya Gavriel, Yael Frenkel, Sahar Vardi, Vered Keisar, Shai Eistein, Guy Butavia, Ofer Neiman, Niv Hachlili, Guy Yadin-Evron, Noam Yadin, Elisheva Kravtzov et Uri Agnon, Gal Alfasi, Vered Bitan, Amir Bitan et Yaniv Yurkevich et en mon nom.
 
2. Depuis octobre 2016, une grave crise politique sévit dans les provinces anglophones du Cameroun, situées dans le Sud-ouest et du Nord-ouest du pays, près de la frontière avec le Nigéria.
 
3. Ces régions couvrent une superficie de 16 364 km 2 sur un total de 475 442 au Cameroun, et 5 des 24 millions de citoyens camerounais y résident. Ces zones contiennent la base politique du principal parti d'opposition – le Front social démocrate (Sdf) – et sont très importantes sur le plan économique, en particulier pour l'industrie pétrolière, qui représente 10% du Pib du pays.
 
4. La crise politique a pour origine la création du Cameroun: entre 1885 et 1915, toute la région du Cameroun était une colonie allemande. Après la première guerre mondiale, la Société des nations a divisé le mandat entre la France et la Grande-Bretagne. Le Cameroun français obtint son indépendance de la France le 1.1.1960, tandis que le Cameroun britannique obtint son indépendance de la Grande-Bretagne et décida de s'unir à l'ancien Cameroun français le 1.10.1961.
 
5. Pendant le mandat français et britannique au Cameroun, chacun des deux a administré différemment la zone sous son contrôle. Dans les provinces sous mandat britannique, la langue officielle était l'anglais, le système juridique était celui de la common law et la société, la monnaie et les systèmes éducatifs étaient basés sur le modèle britannique. En outre, la Grande-Bretagne permettait une relative liberté d'expression et de presse, ainsi que des institutions locales autonomes. En revanche, le mandat français était très centralisé, le système juridique était continental et la langue officielle était le français. Le caractère moins démocratique du mandat français a reflété le développement centralisé des institutions de l'État au Cameroun après l'unification des parties française et britannique. Ainsi, les arrestations politiques massives de dissidents et de critiques du régime ont commencé dès 1962.
 
6. Le consentement à l'unification donné par les résidents du territoire sous mandat britannique consistait à faire du Cameroun une fédération, y compris la reconnaissance de l'anglais en tant que langue officielle avec le français, et à stipuler que le président et son adjoint, à tout moment, représenter les deux états. Malgré cela, entre 1961 et 1972, l'autonomie des provinces anglophones a été refusée par un processus rampant et le régime est devenu centralisé à la majorité francophone. Ainsi, par exemple, en 1966, le Cameroun est devenu un Etat à parti unique – «Union nationale camerounaise»; en mai 1972, la Fédération est effectivement annulée et la «République du Cameroun» unie est fondée; ce n'est qu'en 1990 que le Cameroun est redevenu un Etat multipartite et le parti Sdf susmentionné a été fondé. A compter de 2017, l'écrasante majorité des postes à responsabilités au sein des pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif est occupée par des représentants des provinces francophones.
 
7. Tandis que certains dirigeants des provinces anglophones agissaient dans les enceintes internationales pour promouvoir leur indépendance, des groupes séparatistes appelant à une lutte violente étaient établis, et les Camerounais de ces provinces immigrés dans d'autres pays soutenaient politiquement et économiquement leurs proches restés sur place. . Mais ce n'est qu'en 2016 que la situation est devenue volatile, de manière à mettre en péril la stabilité de l'ensemble du pays.
 
8. La crise a commencé le 11.10.2016 lorsque les avocats se sont mis en grève. Ils ont exigé que les lois des États soient traduites en anglais, critiqué la prise de contrôle du système juridique continental et la nomination de juges francophones aux tribunaux des provinces anglophones. Leur grève et leurs manifestations ont suscité un large soutien et suscité l'intérêt du public face à la discrimination et à la marginalisation en cours au Cameroun à l'encontre des provinces anglophones. De plus, les appels au retour à une fédération ou à une indépendance totale se sont multipliés.
 
9. Le 21 novembre 2016, les enseignants ont également entamé une grève et commencé à manifester, en raison de la nomination d'enseignants ne parlant pas l'anglais et de la tentative de marginalisation du modèle éducatif britannique dans les écoles et les universités de ces provinces.
 
10. Des grèves et des manifestations d'enseignants et d'avocats ont déclenché une «boule de neige» dans les Régions anglophones, qui sont fortement opprimées. Les forces de sécurité camerounaises, y compris le groupe BIR, ont utilisé des balles réelles contre les manifestants, attaqué des universités, des entreprises et des bâtiments résidentiels, battu des civils, violé des étudiants et arrêté les dirigeants politiques de ces régions, devenues des zones militaires de facto. L'un des détenus est un juge de la Cour suprême du Cameroun. Le système scolaire a été fermé pendant un an et en janvier 2017, l'Etat a bloqué l'accès Internet dans la région pendant plusieurs mois, ce qui a porté préjudice à de nombreuses entreprises. Certaines des personnes arrêtées ont été jugées par des tribunaux militaires, sur la base de lois anti-terroristes draconiennes. Des dizaines de milliers de personnes ont fui dans des camps de réfugiés au Nigéria2 et beaucoup ont quitté leurs villages qui se cachent dans la forêt.
 
11. Le 15.12.2016 , la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples a publié une condamnation de la violence exercée par les forces de sécurité dans les provinces anglophones:
 
Le rapporteur de la Commission pour le Cameroun et le rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l'homme en Afrique, l'hon. La commissaire Reine Alapini-Gansou est profondément préoccupée par la détérioration de la situation des droits de l'homme au Cameroun, notamment par les meurtres de civils; le déploiement de personnel militaire armé, de forces de sécurité spéciales (Bir) et d'appareils de guerre dans ces deux Régions; l'usage disproportionné et meurtrier de la force et de la violence pour dissuader des avocats, des enseignants, des étudiants, des civils et des manifestants pacifiques et non armés à Bamenda, Buea et Kumba; le viol d'étudiants à Buea; les arrestations arbitraires, les détentions et les passages à tabac impitoyables orchestrés par la police, la gendarmerie, l'armée et le BIR à la suite de grèves et de manifestations qui se déroulent depuis octobre 2016.
 
Le Rapporteur spécial a reçu des informations selon lesquelles les grèves et les manifestations seraient prétendument provoquées par ce que l'on a appelé le «problème anglophone», en raison du mécontentement des avocats, enseignants et de la société civile anglophones au Cameroun anglophone parlant du Cameroun légitimement et pacifiquement, cherchant à mettre un terme à ; mais destruction et effacement systématiques du système juridique de la common law et du système éducatif anglosaxon; la marginalisation et la négligence par l'administration du Cameroun des deux régions anglophones du Cameroun; et le retour au système fédéral de gouvernance. Le Rapporteur spécial est particulièrement préoccupé par les allégations de mort de plus de neuf Camerounais au cours des manifestations à Bamenda, Buea et Kumba, ainsi que par les allégations selon lesquelles le gouvernement envisage des arrestations massives, des enlèvements et l'assassinat de dirigeants d'associations d'avocats. les syndicats, la société civile et les défenseurs des droits de l'homme comme moyen de contrecarrer la cause anglophone.
 
12. En octobre 2017, à la suite de l'intensification des manifestations dans les provinces anglophones marquant le jour de l'indépendance de la Grande-Bretagne, la répression violente exercée par les forces de sécurité, notamment par l'unité Bir, s'est intensifiée. Toute assemblée de plus de quatre personnes était interdite. Les gares routières, restaurants et magasins ont été fermés. Les forces de sécurité ont mis en place des postes de contrôle limitant la liberté de mouvement entre différentes parties des provinces anglophones, des postes de guet ont été installés sur les toits des bâtiments et le ministre de la Communication a annoncé qu'il fermerait tout média qui soutiendrait ceux qui réclamaient l'indépendance.
 
13. Le 29.1.2018, la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples a publié une autre déclaration condamnant les violences commises par les forces de sécurité dans les provinces anglophones:
 
Depuis octobre 2016, la situation des droits de l'homme en République du Cameroun n'a cessé de s'aggraver à la suite de la répression brutale des manifestations légitimes et pacifiques de la part d'avocats, d'enseignants et de membres de la société civile des régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest, qui ont appelé à la préservation des systèmes juridiques et éducatifs anglophones de leurs régions, à la fin de la marginalisation et à une meilleure gestion des régions par l'État en termes de développement et d'infrastructures.
 
La Commission est particulièrement préoccupée par le déploiement de soldats dans ces régions, le recours disproportionné à la force contre des civils non armés et la fermeture intermittente de moyens de communication tels que la connexion Internet.
 
La Commission est profondément préoccupée par les informations faisant état de cas de disparition forcée, de détentions arbitraires dans des conditions déplorables, d'interdiction des manifestations pacifiques et d'insécurité constante qui aurait entraîné le déplacement de plus de 5 000 Camerounais anglophones au Nigéria depuis le début de la crise, sans moyens de subsistance ni accès aux nécessités de base.
 
La Commission condamne fermement les violences et les violations des droits de l'homme en cours au Cameroun, en particulier la militarisation des régions anglophones et le recours disproportionné à la force contre la population.
 
Par conséquent, parallèlement à la condamnation de la violence par les forces de sécurité camerounaises, la Commission a appelé à ce que:
 
    la Commission appelle le gouvernement de la République du Cameroun à s'acquitter de son obligation de protéger et à:
   
 
mettre immédiatement fin à l'emploi de la force contre des civils non armés;
    garantir le respect du droit à la liberté d'expression et d'information, à la liberté d'association et de réunion, ainsi que du droit à la liberté et à la sécurité de la personne consacrés dans la Charte;
 
    assurer la libération immédiate de toutes les personnes détenues arbitrairement depuis octobre 2016 à la suite des manifestations;
    mener des enquêtes impartiales et indépendantes sur les allégations d'assassinats extrajudiciaires, de disparitions forcées, de traitements inhumains et dégradants et de violations des droits de l'homme qui auraient été commises par des policiers, des gendarmes et des militaires;
    engager sans tarder un dialogue constructif en vue de mettre fin aux souffrances de la population.
 
14. Des groupes de défense des droits de l'homme et des militants camerounais rapportent que l'unité qui terrorise le plus la population des provinces anglophones est l'unité Bir, également appelée «L'unité israélienne». Selon des informations, des soldats de cette unité attaquent des villages, organisent des processions militaires au cœur de quartiers résidentiels, sont impliqués dans des pillages, des actes de torture, des sévices infligés à des hommes, des femmes et des enfants, ainsi que des tirs à balles réelles sur des manifestants et des civils. Comme la démolition de bâtiments commerciaux et résidentiels.
 
15. L'unité a été créée en 2001 dans le but officiel de lutter contre les organisations criminelles. En fait, cette unité, avec la Garde présidentielle camerounaise, est destinée à sécuriser le régime dictatorial de Paul Biya, qui dirige le pays depuis 1982. Biya a créé ces unités en raison de sa méfiance à l'égard de l'armée et de sa crainte d'un coup d'État militaire. contre lui. L'unité Bir est directement subordonnée au président et ne rend compte qu'à lui seul, ce qui est exceptionnel.
 
16. Bien que l'unité Bir reçoive également des armes et un entraînement des Etats-Unis, elle s'appelle «L'unité israélienne», car selon des rapports, ce qui est exceptionnel, outre les services de formation et de conseil israéliens, un ancien officier israélien commandé l'unité – le lieutenant-colonel (de réserve) Avi Sivan (ancien chef de l'unité israélienne Duvdevan au cours de la première Intifada), qui a été tué dans un accident d'hélicoptère au Cameroun en 2010. Avant de fournir des services de sécurité au dictateur Biya, comme attaché militaire israélien au Cameroun. Selon certaines informations, après la mort de Sivan, un autre ancien officier de l'armée israélienne l'a remplacé7.
 
17. Des images de l'unité Bir, publiées par les médias et fournies par des activistes des droits de l'homme du Cameroun, permettent de conclure que ses soldats utilisent des armes israéliennes, notamment Galil, Ace Galil, des fusils Tavor et des mitrailleuses Negev.
 
18. Début 2014, le Bir est devenu l'unité militaire spéciale du Cameroun pour lutter contre le groupe terroriste meurtrier Boko Haram. Ce dernier a assassiné des milliers de civils dans le nord du Cameroun, enlevé des femmes et des filles pour les utiliser comme esclaves sexuelles et fait de 200 000 réfugiés des réfugiés.
 
19. Malheureusement, comme dans le cas du Nigéria, la guerre justifiable contre le groupe terroriste Boko Haram est devenue une guerre contre des civils appartenant à des communautés et à des groupes ethniques à partir desquels des combattants avaient été enrôlés dans le groupe terroriste, tout en commettant de graves violations des droits de l'homme et des droits de l'homme.
 
Crimes de guerre ! les forces de sécurité camerounaises ont procédé à des actes de torture, des disparitions, des exécutions extrajudiciaires, des viols et des privations illégales de libertés.
 
20. L'unité Bir, qui mène la lutte contre Boko Haram, est l'une des principales unités accusées de crimes. Ainsi, par exemple, le rapport 2017 d'Amnesty international «Les chambres secrètes de torture au Cameroun» décrit des actes de torture graves commis sur des civils – hommes et femmes – ainsi que sur des enfants et des personnes handicapées, dans des centres de détention non officiels, dans des bases servant l'unité d'opération Bir, et même dans son siège au nord du pays. La torture comprend: des coups (avec des câbles électriques, des baguettes en bois ou en métal, des chaînes, des machettes, etc.), des battements répétés des pieds pour empêcher le détenu de marcher, en attachant ses bras et ses jambes derrière son dos (appelée «la chèvre»). "), Attachant les bras et les jambes du détenu ensemble derrière son dos et les suspendant dans les airs (appelé" The Swing "), asphyxie en enfonçant la tête du détenu dans un bidon d'eau, provoquant des brûlures au corps du détenu, arrachant des ongles, électrocution et plus. Les détenus devaient exercer leurs fonctions corporelles sur eux-mêmes ou dans un seau et ils ne bénéficiaient d'aucun traitement médical.
 
21. Même si l'unité Bir n'était pas impliquée dans des crimes contre des civils au Cameroun, dans le cadre de la guerre contre Boko Haram et en général, une unité militaire spéciale antiterroriste, dont la tâche est la lutte anti-insurrectionnelle, est certainement inappropriée pour le traitement légitime. Les manifestations civiles d'enseignants, d'avocats, d'étudiants et autres, et la décision de l'envoyer dans les provinces anglophones témoignent de la véritable intention du dictateur Biya: des élections auront lieu au Cameroun cette année, et Biya, âgée de 85 ans, craint que la manifestation ne se concrétise. S'étendre à d'autres Régions, où les conditions politiques et économiques ne sont pas moins sombres.
 
22. Dans ces conditions, étant donné les crimes auxquels l'unité Bir est impliquée dans l'ensemble du Cameroun, en particulier l'année dernière dans les provinces de langue anglaise, et craignant que la grave crise politique qui sévit au Cameroun ne dégénère en un contrôle total, guerre civile, je vous demanderais de geler ou d'annuler toutes les licences d'exportation sécurisées vers l'unité Bir, jusqu'à ce que vous puissiez vous assurer qu'il est possible de vérifier que ses soldats ne sont plus impliqués dans de graves violations des droits humains, que les crimes qui ont été commis engagés sont l'objet d'une enquête et les responsables sont traduits en justice, et que la crise au Cameroun est terminée.
 
23. Cette affaire ne concerne pas les exportations «normales» de sécurité israéliennes utilisées pour de graves violations des droits de l'homme, mais bien une véritable intervention du ministère israélien de la défense dans la vie politique d'un autre pays, de manière néocoloniale. Les citoyens d'Israël, l'État d'Israël ou la Knesset n'ont jamais déclaré la guerre aux habitants des Régions anglophones du Cameroun et n'ont jamais voté en faveur du règne éternel d'un dictateur vieillissant.
 
24. Compte tenu de l'escalade rapide au Cameroun, je vous saurais gré de votre réponse rapide
 
agencedepressepanafricaine.com

: Afrique Monde