Nombre total de visites : 3821390
Aujourd'hui : 448
En ligne actuellement : 3

Gbagbo libéré « sous condition » par la CPI : un déni de justice sur fond de verdict politique en faveur de l'impérialisme mondial

2019-02-02 12:57:08 - Verdict politique que celui rendu vendredi par la Chambre d'Appel de la Cour pénale internationale. L'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, pourtant complètement blanchi et  acquitté en 1ère Chambre des charges de « crimes contre l'humanité » que le bureau du Procureur faisait peser sur lui, faute de preuve, n'a été libéré que sous condition. 

Une libération sous condition que le juge nigérian Chile Eboe-Osuji, celui-là même qui avait ardemment œuvré pour que Laurent Gbagbo soit maintenu en détention en attendant le jugement en appel, a justifié par l'attente d'un  éventuel procès en appel : « La Chambre d'appel a décidé à l'unanimité l'ajout d'un ensemble de conditions qui assortissent la mise en liberté » a-t-il déclaré sans plus de précision, attisant la grande suspicion qui pèse sur la CPI d'être non pas une institution au service de la justice dans le monde, mais une institution politique qui a un timing tout à fait différent de celui des justiciables.
 
Car cette décision que nombre d'observateurs qualifient de « non sens » est incompréhensible du moment où entre la décision d'acquittement de Laurent Gbagbo le 15 janvier et celle de sa libération sous condition aujourd'hui en passant par celle de la suspension de sa mise en liberté prise le 16 janvier –malgré que la Chambre de première instance I, à la majorité, a constaté qu'il n'y avait pas de circonstances exceptionnelles allant à l'encontre de la mise en liberté de M. Gbagbo et M. Blé Goudé suite à leur acquittement- il y a deux facteurs restés constants, qui n'ont échappé à aucun spécialiste du droit : 
 
1.    L'accusation n'a pu apporter, ni pendant les plus de 7 ans qu'a duré le procès Gbagbo et les plus de 4 ans qu'a duré celui de Blé Goudé, ni pendant les 16 jours qui ont suivi la décision de la Chambre d'Appel de les maintenir en détention, que les deux anciens hauts responsables de l'Etat ivoirien étaient coupables des crimes qui leur étaient imputés. La Chambre de 1ère Instance I avait à cet effet parlé de Preuves "exceptionnellement faibles" Or dans le cas d'espèce, même si l'on venait à évoquer le doute, ceci devrait plutôt bénéficier aux accusés et entrainer leur libération immédiate ;
 
2.    "L'éventualité" d'un procès en appel, qui par ailleurs n'est pas formellement fixé, ne saurait expliquer la semi détention que constitue la liberté conditionnelle assortie de conditions aussi contraignantes que celle de résider dans un Etat membre de la CPI, qui fait que même si Laurent Gbagbo et Blé Goudé retournaient en Côte d'Ivoire, ils y seraient toujours sous surveillance  et ne jouirait pas pleinement de leurs droits d'aller et venir où et quand ils le veulent. Gbagbo et Blé Goudé ne pourraient par exemple pas se rendre dans des pays tels que Cuba, la Guinée équatoriale, l'Éthiopie, la Russie, la Chine, les Etats-Unis, le Soudan, le Rwanda… par exemple, avant que la Chambre d'Appel ait tranché.
 
De manière sous-jacente, le verdict de la Chambre d'appel qui a toutes les allures du ménagement de la chèvre et du choux, conforte dans leur opinion ceux qui ont pensé jusqu'ici que Gbagbo et son  coaccusé étaient innocents des chargés portées contre eux, mais que tant que Ouattara sera au pouvoir en Côte d'Ivoire, lui qui n'y est arrivé que grâce au coup de pouce des puissants de ce monde qui ont une mainmise certaine sur la CPI, celle-ci ne laissera jamais Gbagbo disposer de coudées franches, de crainte que son retour dans son pays mette à mal les poulains et serviteurs de l'impérialisme mondial.
 
Voilà pourquoi la dernière décision en date de la CPI fait bondir Me, Emmanuel Altit, l'avocat de Laurent Gbagbo, qui n'a cessé de vouloir faire entendre… le droit à messieurs les respectables juges : "Il est impossible de limiter la liberté d'une personne innocente",  
 
Affaire à suivre donc !
 
Ndam Njoya Nzoméné 
 

: Afrique Monde